Nantes : La Fédération fait appel de la suspension pour six matchs du président Pelletier

Le 11 novembre dernier, la Ligue nationale de handball avait annoncé que sa commission de discipline suspendait pour six matchs, dont un avec sursis, le président de Nantes Gaël Pelletier, coupable de propos injurieux envers les arbitres après le match perdu contre Limoges lors de la 5eme journée de Liqui Moly Starligue. Suspendu à titre conservatoire dès le début de l’affaire, le président nantais a pu retrouver ses fonctions à l’issue du match contre Istres le 13 novembre dernier. Mais cette affaire n’est peut-être pas encore complètement derrière lui. En effet, la Fédération française de handball a annoncé mardi qu’elle faisait appel de la décision de la commission de discipline de la Ligue, car elle souhaite une sanction plus forte.

"Protéger les arbitres face à une montée en puissance des attaques"


« Réaffirmant sa volonté de protéger les arbitres face à une montée en puissance des attaques dont ils font l’objet ces derniers temps lors des matchs mais aussi de lutter contre toute forme de violence dans le handball, la FFHandball a décidé de faire appel de la décision rendue par la commission de discipline de la LNH à l’encontre du président du club de Nantes, Gaël Pelletier, estimant que les sanctions prononcées étaient insuffisantes. Pour la Fédération, les faits rapportés par les officiels du match Nantes/Limoges concernant le comportement de ce dirigeant portent atteinte à l’éthique et aux valeurs du handball, et imposent l’application de sanctions proportionnées et adaptées », écrit la FFHB dans son communiqué.

Pelletier a regretté la forme mais pas le fond


Peu après le match, Gaël Pelletier avait assuré dans les colonnes de Ouest France qu'il regrettait ses propos "sur la forme mais pas sur le fond", et n'avait pas mâché ses mots envers l'arbitrage : « En quinze ans de présidence, je me suis toujours refusé à commenter les performances des arbitres. Et sur le cas présent, je le ferai encore une nouvelle fois, a minima publiquement. Tout autant que je ne remets pas en cause leur honnêteté, mais leur niveau, a ajouté Gaël Pelletier. Et force est de constater que le niveau général a terriblement diminué, que la moitié des matchs sont arbitrés par des paires qui n’avaient pas le niveau en N1 et qui l’ont encore moins en D1. » Des mots qui n'ont pas dû plaire à la FFHB.

>