Ligue des Nations : L'Italie à la relance

Reuters

Pour la première fois depuis 1958, l’Italie n’a pas disputé la Coupe du monde cet été, après avoir été éliminée en barrages par la Suède. Un traumatisme que le football transalpin entend effacer grâce à un sélectionneur expérimenté et reconnu, Roberto Mancini, mais aussi une nouvelle génération de joueurs.

Les contours de cette nouvelle Squadra Azzurra ont déjà été entraperçus lors des trois matches amicaux disputés en mai dernier. Si les résultats ont été médiocres (victoire contre l’Arabie Saoudite 2-1, défaite contre la France 1-3 et nul face aux Pays-Bas 1-1), de jeunes joueurs sont amenés à prendre leurs responsabilités : Mattia Caldara, Daniele Rugani, Alessio Romagnoli, Marco Benassi, Bryan Cristante, Lorenzo Pellegrini, Andrea Belotti, Federico Bernardeschi et Federico Chiesa, qui ont tous entre 20 et 24 ans. 

Le retour en grâce de Balotelli

Pour les deux matches de Ligue des nations, prévus vendredi face à la Pologne à Bologne, puis face au Portugal lundi prochain à Lisbonne, Roberto Mancini a même appelé de très jeunes joueurs, censés incarner l’avenir: Nicolo Zaniolo (19 ans), Nicolo Barella (21 ans) et Pietro Pellegri (17 ans). La nouvelle pépite monégasque a toutefois dû renoncer suite à une blessure survenue dimanche face à Marseille (2-3).

Pour encadrer cette jeunesse, l’ancien entraîneur de l’Inter Milan, de Manchester City ou encore du Zénith la saison dernière fait confiance à des joueurs cadres, qui composent la colonne vertébrale de son équipe : Gorgio Chiellini, Leonardo Bonucci, Jorginho, Lorenzo Insigne, Ciro Immobile et Mario Balotelli, revenu en grâce à la pointe de l’attaque italienne. Roberto Mancini doit désormais trouver le bon équilibre pour redonner à l’Italie son lustre d’antan.   

mancini