Le Portugal remercie Bernardo

Reuters

La nouvelle compétition de l'UEFA a désigné son premier vainqueur. Dimanche soir, dans un Stade du Dragon habituellement occupé par le FC Porto et acquis à la cause du Portugal, la finale de la Ligue des nations n'a pas offert du grand football. Mais elle a récompensé le sérieux et la combativité des Lusitaniens, mieux en place et visiblement plus affûtés que les Néerlandais. 

Ronaldo Koeman, seulement trois jours après une demi-finale contre l'Angleterre remportée après la prolongation (3-1, a.p.), avait décidé d'aligner exactement le même onze. Un choix qui n'a pas porté ses fruits. Les Oranje, tout de bleu vêtus, n'ont jamais su imposer le moindre rythme et ont failli dans le positionnement tactique. Ryan Babel, par exemple, a abandonné "son" couloir gauche, il a laissé des boulevards au maestro Bernardo Silva et fut le premier à sortir dès la reprise. Assez logiquement. 

Bernardo rayonne, Ronaldo s'efface

Après une première période assez terne, qui a vu Bruno Fernandes multiplier les frappes lointaines, le danger est venu sans surprise de Bernardo. Incroyable dans l'énergie tout au long de la rencontre, le Citizen a fait parler sa vision à l'heure de jeu pour servir subtilement Gonçalo Guedes en retrait. L'ancien Parisien aujourd'hui à Valence l'a remercié en déclenchant une puissante frappe, certes mal repoussée par Jasper Cillessen (1-0, 50e).

Face à l'impuissance de l'équipe néerlandaise, la sélection de Fernando Santos n'a finalement pas eu besoin de Cristiano Ronaldo. Exempt de la phase de poules, statut de vedette oblige, "CR7" avait inscrit un triplé face à la Suisse mercredi (3-1) mais il est resté bien discret dimanche à Porto. Tout l'inverse de Bernardo, de plus en plus influent avec le Portugal et élu joueur du tournoi par l'UEFA. Probablement l'un des meilleurs enseignements de cette Ligue des nations 2019 pour le Portugal.