Final Four : Le parcours des quatre qualifiés

Panoramic

Groupe 1 - Italie

Il fallait un parcours très costaud pour terminer devant les Pays-Bas, et c'est ce que la Squadra Azzurra a accompli en restant la seule équipe invaincue avec les Bleus. Après un nul pas forcément rassurant contre la Bosnie (1-1), le tournant le plus important a eu lieu dans la foulée, dès septembre, avec ce succès chez les Néerlandais (0-1). Et après deux nuls le mois dernier, en Pologne (0-0) puis devant les Pays-Bas (1-1), le mois de novembre a été une totale réussite avec ces deux victoires 2-0 contre la Pologne et en Bosnie, en dépit d'un groupe bien amoindri.

Groupe 2 - Belgique

Les Diables Rouges, sur la lancée de leur formidable génération et de leur première place au classement FIFA, terminent cette phase de poules avec la meilleure attaque - seize buts - et le meilleur buteur Romelu Lukaku - cinq réalisations. Le parcours presque impeccable, avec cinq victoires dont deux face à l'Islande (un carton 5-1 à domicile, un succès 2-1 à l'extérieur) et deux autres contre le Danemark (2-0 à l'extérieur, 4-2 mercredi à domicile), a simplement été perturbé par une défaite en Angleterre (2-1) le mois dernier. Mais le succès dimanche face aux Three Lions (2-0) a parfaitement rattrapé la situation.

 

Groupe 3 - France

Les Bleus terminent avec un bilan quasiment exceptionnel : cinq victoires et un nul, soit un total de seize points qui est le meilleur de la phase de poules. Après un début difficile en Suède (0-1), la victoire face à la Croatie (4-2) a été plus enchanteresse en guise de remake parfait de la finale de Coupe du Monde. C'était nettement moins affriolant contre le Portugal (0-0), puis la victoire en Croatie (1-2) a été à peu près du même acabit que celle en Suède : pas folichonne, mais terriblement importante, avant ce remarquable succès au Portugal (0-1) enchaîné avec un dernier 4-2 contre la Suède.

 

Groupe 4 - Espagne

La Roja a rugi à la hauteur du coup de chaud, après son nul inattendu en Suisse (1-1) qui venait déjà en écho à cette défaite surprise en Ukraine le mois dernier (1-0). L'Allemagne pouvait se qualifier en cas de nul mardi à Séville, elle a subi un retentissant et humiliant 6-0 dans ce choc du Vieux Continent ! Le parcours des champions du monde 2010 avait démarré par un nul logique au match aller, à Stuttgart (1-1), avant un succès probant contre l'Ukraine (4-0) et une victoire moins convaincante face à la Suisse (1-0). Des Espagnols en montagnes russes, donc.