Nîmes : Benrahou, la saison de l’explosion ?

Opposé à l’AC Ajaccio lundi soir en clôture de la 12e journée de Ligue 1, le Nîmes Olympique doit réagir après cinq matchs consécutifs sans victoire. Une série qui est venue ternir son bon début de saison, et l’a fait glisser au 13e rang du classement de Ligue 2 avec seulement trois points d’avance sur le barragiste virtuel. Les Crocodiles sous pression donc, et qui comptent beaucoup sur l’une des révélations de cet exercice 2021-2022 pour les sortir de cette situation.

Avec déjà quatre buts et cinq passes décisives au compteur, Yassine Benrahou a en effet marqué les esprits pour sa découverte du deuxième échelon, après une dernière saison compliquée. Prêté par Bordeaux en janvier 2020, le milieu de poche (1,70m) avait été définitivement transféré, pour 1,5 millions d’euros, l’été suivant. Mais le remplacement de Bernard Blaquart par Jérôme Arpinon l’a fait rétrograder dans la hiérarchie.

 

"Me concentrer plus sur les trente derniers mètres"


Et il a dû attendre la nomination de Pascal Plancque en février dernier pour retrouver des couleurs et du temps de jeu, même s’il terminera la saison sans but ni passe décisive, après avoir marqué deux fois et délivré trois passes décisives en neuf matchs lors de sa première demi-saison nîmoise. Un dernier exercice difficile donc, conclu par une descente en Ligue 2 qu’il a découverte avec un bonheur certain.

"A mon poste, c’est important d’avoir des statistiques et d’aider l’équipe, rappelait-il cet été dans un entretien à Objectif Gard. On en a discuté avec les coachs, ils savent que je peux venir faire le jeu plus bas mais cette saison j’ai décidé, aussi avec les conseils du staff, de plus me concentrer sur les trente derniers mètres."

S’il marque le pas ces derniers temps, celui qui n’a plus été décisif depuis un mois et le match nul spectaculaire contre Amiens (3-3) reste le deuxième joueur de Ligue 2 en nombre de tirs, de tirs cadrés, mais aussi de centres. Autant dire que Benrahou, qui peut jouer pour les sélections française, algérienne et marocaine, ne devrait pas tarder à être de nouveau récompensé. Ce qui profitera sans doute encore au Nîmes Olympique, surtout si Moussa Kone et surtout Zinedine Ferhat digèrent définitivement leurs départs avortés.

>