Ligue 2, la saison de toutes les surprises ?

« Cette saison, la Ligue 2 est plus ouverte que jamais. 10 à 12 équipes peuvent prétendre à la montée. Je suis incapable de donner un favori qui sort du lot comme Lorient ou Lens l'an passé. » L'analyse de Robert Malm à quelques jours du début de la saison de Ligue 2 en dit long sur le niveau d'un championnat qui n'a pas cessé de progresser ces dernières années. Alors que pendant longtemps, certaines équipes ont pris l'habitude de faire l'ascenseur, les relégués de Ligue 1 n'ont plus un avantage si important sur les outsiders de la Ligue 2. Cette saison, les candidats sont nombreux pour chercher une promotion directe en Ligue 1 ou une place en barrages.


Amiens et Toulouse sont attendus au tournant

Amiens et Toulouse ont l'avantage d'avoir un budget important mais ces deux clubs rentrent dans un nouveau cycle et redécouvrent un championnat qui a bien changé ces dernières saisons. Ajaccio, Troyes et Clermont ont terminé dans le top 5 d'une saison 2019-2020 interrompue au mois de mars. Dorénavant, ils vont tenter de prouver que leur place est dans l'élite du football français. Malgré la perte de Tino Kadewere durant l'été, Le Havre peut aussi espérer s'inviter dans la course. Caen et Guingamp vont tenter de rebondir après une saison de transition difficile. L'an passé, un mauvais début de saison avait handicapé ces deux anciens pensionnaires de Ligue 1. Avec des compteurs remis à zéro et l'arrivé de Pascal Dupraz sur le banc normand et la signature de Paul-George Ntep dans l'effectif breton, la donne pourrait être différente cette saison.


Ambitieux, le PFC est-il capable de revenir en haut du classement ?

Les deux heureux élus sont peut-être parmi ces équipes. Mais ce n'est même pas sûr. Valenciennes avec ses jeunes talents, Nancy avec son expérience et même Sochaux avec ses recrues peuvent espérer jouer les trouble-fêtes. Une autre équipe pourrait créer la surprise : le Paris FC. Après une saison 2018-2019 terminée dans le top 5, le club de la capitale a du batailler pour se sauver en 2019-2020. En cours de structuration et dirigé par René Girard, le PFC semble aller dans la bonne direction. C'est en tout cas l'avis de Robert Malm, notre consultant. « L'an passé, les Parisiens ont gagné les matchs qu'il fallait. Il faudra compter sur cette équipe en pleine mutation économique. Le club grandit et René Girard apporte un vrai plus à ce projet. Il a l'expérience qu'il faut dans tous les domaines. »


Une bonne série peut changer le cours d'une saison

Si aucun favori ne se détache parmi ces nombreux outsiders, un facteur pourrait faire la différence : la régularité. C'est en tout cas l'avis de Robert Malm « On l'a vu avec Lorient et Lens l'an passé, pour espérer monter, il faut être régulier. C'est dans ce domaine que tout se joue. Une équipe capable d'étirer une bonne série et de limiter les coups de mou sera très bien placée à la fin du championnat. Prendre un super départ et être costaud derrière peut suffire pour être dans la course. » C'est avec cette feuille de route que des équipes annoncées dans le ventre-mou peuvent s'inviter dans la première moitié du classement. Pour y parvenir, Niort ou Rodez vont compter sur des buteurs comme Ibrahim Sissoko ou Ugo Bonnet. Auxerre, Chateauroux et Grenoble ont maintenant l'habitude de ce championnat si exigeant et peuvent en profiter alors que Chambly, dixième l'an passé pour sa découverte du monde professionnel, peut poursuivre son miracle permanent. Ces équipes ne sont peut-être pas aussi solides que les autres mais elles peuvent espérer s'inviter dans les débats.


Pau et Dunkerque, des promus qui veulent continuer leur bonne série

En cas de mauvais début de saison, c'est le spectre d'une relégation en National 1 qui pourrait rapidement faire son apparition chez certaines équipes. Dans le bas du classement, les promus ne sont pas forcément les clubs qui ont le plus à perdre. Pau et Dunkerque sont montés grâce à une bonne dynamique et ces deux clubs vont tenter de la faire perdurer à l'étage supérieur. Pour y arriver, les Béarnais vont compter sur des joueurs qui ont l'habitude d'évoluer à ce niveau et un entraîneur renommé en la personne de Didier Tholot. Du côté des Nordistes, la confiance vient aussi du banc où Fabien Mercadal est revenu sur les terres où il s'est révélé. Il sera accompagné par Malik Tchokounté qui a aussi des bons souvenirs au stade Marcel-Tribut.

Pour ces deux formations comme pour les autres qui pourraient être menacées durant la saison, Robert Malm a un conseil : réagir vite « En cas de mauvaise série, il ne faut pas s'affoler. Dans ce championnat, une réaction rapide offre des opportunités de rebondir mais il ne faut pas traîner. » Dans la course à la montée comme dans la lutte pour le maintien, tout sera question de séries. Tout est possible dans un championnat plus ouvert que jamais et seule la réalité du terrain désignera les grands vainqueurs et les grands perdants de la saison.