Ligue 2 BKT - L'espoir renait pour les supporters bordelais

Panoramic

"Ca a été les montagnes russes mais c'est signé", s'est félicité cette source. "On a répondu point par point et de manière précise aux motivations formulées par la DNCG" lors du premier passage du club bordelais qui a trouvé les 40 millions d'euros qui lui manquaient. Les dirigeants ont envoyé leur dossier vendredi soir au gendarme financier qui statuera mardi sur le sort du club au scapulaire: ce sera maintien en National avec un risque de dépôt de bilan et une liquidation judiciaire prévisible ou repêchage en Ligue 2 dont la première journée est prévue le 31 juillet.

Ces points concernaient notamment un apport de l'actionnaire (10 millions d'euros) sous forme d'augmentation de capital et un allègement de moitié de la dette (52 millions d'euros au total) qui est transférée à la holding Jogo Bonito (société de Gerard Lopez et de ses associés). "Ils ont été validés par un commissaire aux comptes", a indiqué, soulagé, l'entourage de l'homme d'affaires hispano-luxembourgeois. 

Au niveau des ventes, les revenus générés par celle d'Aurélien Tchouaméni de Monaco au Real Madrid (soit 8,3 millions d'euros) vont rester au club et ne serviront pas à rembourser une partie de la dette. Enfin, une ligne de crédit obligatoire de première main de 14 millions d'euros a été ouverte pour couvrir les ventes à venir lors du mercato estival. A ce niveau, les Girondins espèrent récupérer autour de 40 millions d'euros sur les ventes du milieu Junior Onana et des attaquants Hwang Ui-jo, Sekou Mara et Alberth Elis. 

S'il est maintenu en L2 mardi, Bordeaux disposera la saison prochaine d'un budget de 40 millions d'euros avec une masse salariale de 11 millions d'euros. En plus des arrivées déjà effectives du gardien polonais Rafał Strączek et des défenseurs Yoann Barbet et Vital Nsimba, deux joueurs formés au club, Gerard Lopez envisage le recrutement de neuf nouveaux joueurs.    


>