L1 (J15) : Reims renoue avec la victoire et enfonce Clermont



Match de la peur à Auguste-Delaune, où le barragiste clermontois voulait enrayer une spirale de quatre défaites d’affilée sur la pelouse d’un 15eme restant sur trois nuls et trois revers. Deux formations, qui comme Bordeaux et Troyes, comptaient 13 unités au coup d’envoi. Le besoin de capitaliser était donc urgent. Pourtant à domicile, les Rémois avaient le ballon qui leur brûlait les pieds. A la 7eme, Andreaw Gravillon a ainsi mal assuré sa passe en retrait. Jim Allevinah a anticipé pour intercepter, puis a repiqué dans l’axe, fixant Wout Faes et Yunis Abdelhamid avant de servir Jodel Dossou sur un plateau. Seul devant Predrag Rajkovic, le Béninois a pris le temps de contrôler, croquant ensuite la feuille de match en dévissant sa frappe largement sur la gauche.

Clermont joueur, Reims inhibé en première période


Peu après le quart d’heure de jeu, Allevinah, très inspiré cet après-midi, a profité d’un bon renversement pour feinter la frappe, se débarrasser d’Alexis Flips sur son crochet, et enrouler de 22 mètres du gauche en cherchant la lucarne opposée. Le ballon a fait trembler la toile d’araignée et Rajkovic, largement battu sur le coup. Organisés par Johan Gastien et Jason Berthomier, les Auvergnats acculaient les Marnais, flirtant avec les 70 % de possession. Seule satisfaction offensive locale, Hugo Ekitike était trop seul pour décrocher, faire la remise, la passe en profondeur et être à la réception.



La seule occasion rémoise du premier acte ne pouvait donc intervenir que sur corner. Monté dans la boîte, Abdelhamid a profité d’un dégagement clermontois raté pour contrôler en pivot et enchaîner d’une volée du droit. Un geste de classe qu’Ouparine Djoco déviait du bout des gants sur sa transversale. Si Nathanël Mbuku avait suivi pour pousser au fond de la tête, le juge de touche refroidissait vite un public qui avait cru se réchauffer après 40 minutes moroses disputées sous des tourbillons de neige fondue.

Tout le monde croyait au 0-0… sauf Konan !


Conscient de la médiocrité et de l’indigence du spectacle proposé, Oscar Garcia a lancé Ilan Kebbal au retour des vestiaires, troquant au passage le 4-3-3 pour son 5-3-2 plus séduisant du début de saison. Sous la houlette de leur meneur de jeu algérien, les Marnais ont enfin mis le pied sur le ballon, faisant reculer un adversaire qui songeait de plus en plus au point pris à l’extérieur au fil des minutes. Volontaire dans son couloir gauche, Ghislain Konan eut l’occasion d’ouvrir le score à la 69eme, quand il se retrouva isolé à l’orée de la surface sur un centre venu de la droite. Le latéral ivoirien a pris le temps de contrôler, puis s’est déchiré en forçant sa frappe. Rebelote à la 90eme, grâce à une passe en profondeur subtile de Kebbal. A l’angle des 5,50, Konan s’est encore précipité, envoyant sa volée en touche de l’autre côté ! Mais l’arrière-gauche du Stade de Reims y croyait toujours, et s’est trouvé sur l’arc de cercle après un coup de billard sur la touche et une passe latérale d’Azor Matusiwa quelques instants plus tard. Tirant la leçon de ses échecs précédents, il a cette fois maîtrisé son adrénaline, cherchant d’abord à cadrer le ballon. Son tir du coup de pied a heurté la barre, entrant ensuite victorieusement dans le but (90eme+1) ! Les Rémois pouvaient fêter leur premier succès depuis deux mois, tandis que les Clermontois (qui n’auront cadré aucune frappe) regrettaient leur attentisme en seconde période, qui les laisse englués dans la zone rouge.

>