Dijon : Garande, l’homme de la situation ?

Panoramic

Pour la première fois depuis l’automne 2019, Dijon, tombeur de Dunkerque samedi (2-0), a signé une deuxième victoire consécutive en championnat, une semaine après avoir dominé Bastia (2-1). Deux premiers succès cette saison pour le DFCO, qui s’est ainsi hissé à la 15e place du classement avant de se déplacer à Caen mardi soir (20h) pour le compte de la 9e journée de Ligue 2. Un déplacement évidemment particulier pour Patrice Garande, qui a remplacé David Linarès sur le banc le 23 août après une série de quatre revers en cinq journées.

f



"C’est beaucoup de plaisir, c’est un club que j’aime, ce n’est un secret pour personne", a confié en conférence de presse l’entraîneur de 60 ans, à la tête de la formation normande de 2012 à 2018. Il avait ensuite rebondi à Toulouse, la saison dernière, mais l’échec en barrages face à Nantes lui a été fatal, puisque la montée était l’objectif principal des nouveaux propriétaires américains du club haut-garonnais.

"L'équilibre est fragile"


Il est donc venu jouer les pompiers de service à Dijon, pour "mettre fin à la spirale négative" du club fraîchement relégué en Ligue 2, comme l’avait déclaré son président Olivier Delcourt lors de la présentation de l’ancien attaquant. Après une défaite à Pau pour ses débuts avec le DFCO, Garande a donc engrangé deux succès de rang. Mais ne comptez pas sur lui pour s’enflammer après cette bonne série.

d



"Quand on a gagné, il faut le savourer. Là, on n’a pas le temps, on a vite été focalisé sur le match de Caen. Ça serait gonflé de se relâcher, car on n’a rien fait. Notre objectif n’est pas de gagner un match, mais d’être une équipe compétitive. Il faut travailler, c’est un mot que j’aime bien, a-t-il rappelé. On doit progresser dans l’attitude, on a laissé trop d’espaces à Dunkerque, on était sur le reculoir, on n’avait pas réussi à sortir cette équipe de sa zone de confort. Je veux voir une équipe qui joue haut, qui va chercher l’adversaire. L’équilibre est fragile, mais j’ai apprécié la fierté des joueurs." 


>