A quoi faut-il s'attendre pour cette saison de Ligue 2 ?

beIN Sports

Nîmes, Dijon : quel avenir pour les relégués ?

Les deux pensionnaires de Ligue 1, descendus à l’échelon inférieur, pourront-ils remonter directement ? Du coté de Dijon, le mercato a été important et l’effectif a été bien remanié. Les Dijonnais ont dit adieu à Wesley Lautoa, Fouad Chafik, Eric Junior Dina-Ebimbe et bonjour à Daniel Congré, Christopher Rocchia, Jessy Pi, Mattéo Ahlinvi, Cheick Traoré, Baptiste Reynet et Mickael Le Bihan. Des renforts qui devraient faire du bien au dernier 20ème de Ligue 1 qui avait terminé l’exercice précédent avec la pire attaque (25 buts inscrits) et la pire défense (73 buts encaissés). Offensivement, si sur le papier le club dispose de plusieurs options intéressantes (Moussa Konaté, Roger Assalé, Mounir Chouiar), les Bourguignons ne se sont pas privés pour faire venir le meilleur buteur de l’ennemi auxerrois, Mickaël Le Bihan (auteur de 19 réalisations la saison dernière). L’expérimenté attaquant français de 31 ans, habitué à la Ligue 2, devrait faire du bien au DFCO, mais il va falloir attendre un peu avant de le voir à l’œuvre puisqu’il s’est récemment blessé et il manquera un mois de compétition. 

Pour soulager la défense et Anthony Racioppi qui a été en grande difficulté la saison dernière, le retour de Baptiste Reynet pourrait être la clé. L’ancien gardien de Nîmes et de Toulouse a terminé à la première place du classement des portiers avec le plus de sauvetages la saison dernière (125). Pas suffisant pour permettre aux Crocos de se maintenir en Ligue 1, mais en Ligue 2 dans une équipe qui semble, sur le papier, au-dessus, il pourrait permettre de garder de nombreux points. Ce qui pourrait inquiéter l’équipe emmenée par David Linares, c’est ce triste bilan durant la présaison estivale : 3 défaites (contre Sochaux, Nancy et Troyes) et un match nul (contre Grenoble). Pas ce qu’il y a de plus rassurant avant d’aborder une nouvelle saison qui s’annonce longue. D’autant plus que les dirigeants dijonnais ont continué de faire confiance à leur technicien malgré la descente à l’étage inférieur et la saison compliquée. Affaire à suivre.

v

Du coté de Nîmes, là aussi l’effectif a été refait à neuf et de nombreux cadres ont quitté le club. Baptiste Reynet évidemment comme cité précédemment mais aussi Birger Meling, qui a récemment signé en faveur du Stade Rennais, ainsi que Sofiane Alakouch qui a rejoint Metz, mais aussi et surtout le capitaine historique et couteau suisse Renaud Ripart qui jouera à Troyes la saison prochaine, sans oublier Mattéo Ahlinvi, Clément Depres, Florian Miguel, Haris Duljevic, Loïck Landre, Lucas Deaux et Nolan Roux. La grande braderie n’est pas encore terminée et d’autres joueurs pourraient prochainement quitter le navire, à l’image de Zinedine Ferhat, atout offensif numéro un des Crocos la saison dernière, auteur de 6 buts et 9 passes décisives en 2020/2021. Si l’international algérien venait à quitter Nîmes, ce qui est plutôt probable, un retour en Ligue 1 dès la saison prochaine serait plus compliqué, bien que plusieurs cadres soient toujours présents : Anthony Briancon, Andrés Cuba qui a montré de belles choses la saison passée, Pablo Martinez, Gaëtan Paquiez… Comme à Dijon, l’objectif a été d’apporter de la continuité à la tête de l’équipe première. Pascal Plancque, adjoint de Jérôme Arpinon, avait pris sa succession en février dernier après son licenciement. Il a récemment été prolongé jusqu’en 2023. 

Bastia, un retour synonyme de maintien ?

Bastia

Champion de National, Bastia retrouve peu à peu le monde professionnel et jouera bien en Ligue 2 la saison prochaine, quatre ans après la perte du statut professionnel du club. Une belle progression pour les Corses qui auront à cœur de stabiliser le club dans l’antichambre de la Ligue 1, au moins dans un premier temps. Pour cela, les pensionnaires du stade Armand-Cesari se sont donnés les moyens. Un important recrutement a été réalisé et le Sporting pourra aligner un 11 qui aura fière allure cette saison. Avec l’arrivée d’Idriss Saadi en provenance de Strasbourg, le ton est donné. Ajouter à cela les arrivées du prometteur attaquant passé par Toulouse Adil Taoui, le nouveau prêt de Tom Ducrocq, ainsi que le recrutement de Johny Placide, Thomas Vincensini, Christopher Vincent et Sébastien Salles-Lamonges. Les moyens sont mis à disposition du coach Mathieu Chabert pour continuer de mettre en place ce nouveau projet du Sporting. Il faudra donc compter sur Bastia cette saison, et on pourra rapidement se faire une idée sur l’équipe puisque les Corses affronteront ce samedi le Nîmes Olympique à domicile (coup d’envoi 15h00, à suivre sur beIN SPORTS). Un premier défi à relever qui pourrait conditionner la suite de la saison, en tout cas son début.

Bastia n’est d’ailleurs pas le seul club à être monté en Ligue 2 puisque Quevilly-Rouen a suivi le même chemin. L’équipe de Bruno Irles a, avec Bastia, écrasé le dernier exercice de National en terminant deuxième avec 58 points. Mais le club devra sans doute faire sans son meilleur buteur, Andrew Jung qui a inscrit 21 buts en National la saison dernière. L’attaquant, qui était prêté par la Berrichonne, n’est pas revenu et il devrait laisser un trou important dans l’effectif du promu. Sur le papier, l’équipe semble globalement plus faible que Bastia et l’objectif sera évidemment de se maintenir.

Enfin une accession pour Toulouse ?

x

Le club de la ville rose aurait pu débuter cette saison 2021/2022 en Ligue 1. Malheureusement, les Nantais en ont décidé autrement et les Toulousains, battus en barrages et désormais entrainés par Philippe Montanier, disputeront cet exercice aux portes de la division suprême française. Malgré tout, les Pitchouns semblent les mieux armés pour retrouver la Ligue 1 la saison prochaine alors que, pour l’instant, aucun départ majeur n’est à notifier dans l’effectif. Même Amine Adli, meilleur joueur de Ligue 2 la saison dernière, n’est toujours pas parti malgré les nombreuses rumeurs. Mais le milieu offensif devrait bel et bien quitter le bord de la Garonne cet été, comme l’a confirmé son président Damien Comolli hier au micro de RMC.

Le joyau de Toulouse quittera le club cet été après qu’il ait refusé de prolonger son contrat qui prend fin en juin 2022. Côté arrivées, les Toulousains ont conservé Brecht Dejaegere. Un retour du TFC en Ligue 1 semble être conditionné à l’avenir de ses pépites, qui ont été étincelantes ces derniers mois. Si on sait déjà que Toulouse ne pourra plus compter sur Manu Koné, parti au Borussia Monchengladbach, Vakoun Bayo, parti à La Gantoise et Kelvin Amian transféré à la Spezia, le club du sud-ouest de la France devrait pouvoir garder son meilleur buteur de la saison dernière, Rhys Healey (14 réalisations, 4e meilleur buteur de Ligue 2 BKT), Brecht Dejaegere (10 passes décisives) qui a été transféré définitivement, Janis Antiste, auteur de 6 buts ou Stijn Spierings.

La saison dernière, Toulouse faisait figure de favori et s’était écroulé en fin d’exercice. Avec Dijon et Nîmes, la bataille s’annonce féroce et si le Téfécé réussit à conserver son effectif jusqu’au 1er septembre prochain, date à laquelle prend fin le mercato, les Pitchouns auront un réel coup à jouer.

Des surprises nommées Paris et Caen ?

x

Au-delà des changements de joueurs, la Ligue 2 a également accueilli deux nouveaux entraineurs, issus de la Ligue 1 : Thierry Laurey au Paris FC et Stéphane Moulin au Stade Malherbe Caen. Deux techniciens expérimentés, habitués à la deuxième division. De quoi imaginer l’une de ces deux équipes jouer la montée ? Malheureusement, les deux clubs ont un autre point commun : ils ont été dépouillés dans ce mercato estival. 14 départs pour les Caennais, 8 coté parisien et très peu de recrues dans la balance : 3 pour le PFC contre seulement 4 pour les Normands.  Bien que le Stade Malherbe ait terminé le dernier exercice à la 17ème position, synonyme de maintien de justesse, avec l’arrivée de Stéphane Moulin et d’un nouveau projet à ses côtés, l’espoir peut être de mise et les prochaines années pourraient être intéressantes. Le bâtisseur, qui était auparavant à Angers depuis 2011, devrait profiter de la jeune génération qui s’est installée en fin de saison dernière : Sullivan Péan (gardien de 21 ans), Alexis Beka Beka (20 ans, qui dispute actuellement les Jeux Olympiques avec la France), Nicolas Gioacchini (21 ans), Kélian Nsona (19 ans), Johann Lepenant (17 ans).

Thierry Laurey

Dans la capitale, le précédent exercice a été plus intéressant avec une 5ème place obtenue en fin de saison après avoir longtemps été sur le podium, surtout en première partie de saison. Finalement, les Parisiens s’étaient écroulés en seconde partie de saison et René Girard a quitté le club. L’ancien technicien de Lille a été remplacé par l’ex Strasbourgeois Thierry Laurey. Le coach français connait bien la Ligue 2 puisqu’il avait été champion de France avec Strasbourg en 2017, avant de glaner une Coupe de la Ligue en 2019, et après avoir réussi à faire monter le Gazélec Ajaccio en 2015. Il pourrait permettre au Paris FC de passer dans une nouvelle ère malgré les nombreux départs notables : Charles Boli, Lalaïna Nomenjanahary, Florian Martin, Andy Pembélé, Ali Abdi, Richard Sila et Patrick Koffi.

D'autres clubs qui ont longtemps cru à la montée la saison dernière pourraient rejoindre la bataille, notamment Auxerre, Grenoble ou encore Le Havre, Guingamp et Amiens désormais habitués à la deuxième division. Ces derniers pourraient être de véritables outsiders dans cette nouvelle saison de Ligue 2 qui s'annonce d'ores et déjà passionnante !


>