Saint-Etienne : Khazri, la lueur d'espoir des Verts

Panoramic

"C’est dur, mais on n'est pas encore relégués." Il y avait forcément de l’abattement, mais pas (encore) de résignation, dans la voix de Wahbi Khazri après la sixième défaite en sept matchs des Verts, littéralement balayés dimanche dernier à Strasbourg (5-1), alors que l’international tunisien avait ramené les siens à 2-1 sur penalty dans le temps additionnel de la première période. 

Les hommes d’un Claude Puel plus que jamais la sellette, dont les supporters stéphanois réclament avec véhémence le départ, avaient pourtant relevé la tête en arrachant un précieux match nul contre Lyon avant la trêve, déjà grâce à un coup de pied de réparation de Khazri. "On ne va pas baisser la tête, il faut assumer mais la situation est critique", a encore admis le joueur formé à Bastia en zone mixte à la Meinau, alors que Saint-Etienne est toujours bon dernier de Ligue 1 avec la pire attaque (à égalité avec Troyes) et la pire défense du championnat. 

d

Le milieu offensif de 30 ans est l’une des rares satisfactions de la saison est il en grande forme, lui qui a déjà marqué à cinq reprises en Ligue 1, et trois fois sur ses quatre derniers matchs de qualification au Mondial 2022 avec la Tunisie. Au printemps, il avait déjà été le grand artisan du redressement stéphanois, avec six buts en six matchs avant le sprint final. Une belle revanche pour celui qui avait été mis à l’écart par Puel l’été précédent. 

 

"On va assumer tous ensemble"

 

Le mois dernier, le probable futur ex-coach de l’ASSE avait salué le bon début de saison de son joueur. "Je le sens investi. Cela s’est tout de suite ressenti dans sa préparation. Quand il est revenu, il était affuté, confiait le Tarnais en conférence de presse. Il acquiert plus de volume de jeu, il est en capacité de répéter beaucoup plus les efforts et les sprints à haute intensité par rapport à avant et puis je trouve qu’il est en train de passer des paliers en gardant des ballons et en ne les perdant pas trop vite, tout en gardant sa qualité pour accélérer dans des situations qui l’exigent." 

 

Avec ou sans Puel, Khazri va être un élément essentiel de la mission maintien des Verts. Et il appelle à la révolte, dès vendredi contre Angers en ouverture de la 11e journée. "Il faut se remettre la tête à l'endroit, repartir au charbon et faire le maximum pour prendre les points vendredi. Il n'y aura jamais d'abattement. Je ne suis pas du genre à me cacher. On va assumer tous ensemble, on est des grands garçons, on ne fait pas tout bien. On a beaucoup de défauts mais chacun doit en faire plus pour renverser la situation", a encore lâché Khazri avant de conclure : "On est un club mythique et on se doit de le laisser en Ligue 1."


>