PSG : Pochettino, un premier titre et beaucoup d’émotion

panoramic

Que ce soit à l’Espanyol Barcelone (2009-2012), à Southampton (2013-2014) ou à Tottenham (2014-2019), Mauricio Pochettino n’avait jamais réussi à remporter le moindre titre depuis le début de sa carrière d’entraîneur. Et ce malgré une finale de Ligue des champions disputée avec les Spurs, mais perdue contre Liverpool en 2019. Le technicien argentin tient désormais son premier titre. Pas le plus prestigieux, puisqu’il s’agit du Trophée des champions, remporté face à l’OM mercredi soir à Lens (2-1). Mais sa joie, comme celle de ses joueurs, n’était pas feinte à l’issue de la rencontre sur la pelouse du stade Bollaert, où on l’a vu communier avec ses troupes.

"Le plus grand honneur, c'est cette fête qu'ils font, comme s'ils avaient gagné la Ligue des champions", a réagi sur Telefoot son homologue phocéen André Villas-Boas, un entraîneur amer qui a estimé que "la meilleure équipe" avait perdu. "J'ai joué la finale de la Ligue des Champions contre Liverpool, et je l'avais perdue 2-0. On avait bien joué mais ce genre de match, il faut les gagner. Le PSG a mérité cette victoire, et je crois qu'on a fait un bon match", lui a répondu Pochettino, qui se garde bien de rentrer dans les polémiques depuis son retour dans la capitale.

L'infirmerie se vide


L’ancien défenseur parisien (2001-2003) a aussi avoué ressentir "une énorme émotion" après ce premier titre, dès son troisième match à la tête du PSG. Une équipe qu’il apprend à découvrir en compétition, lui qui est donc directement rentré dans le vif du sujet. Il a déjà commencé commencer à apporter quelques modifications, avec un pressing plus haut, tout comme le positionnement de Marco Verratti, et davantage de courses. Ce qui a pu notamment laisser beaucoup d’espaces à Brest samedi dernier (3-0). Mais alors qu’il avait neuf joueurs sur le flanc pour ses débuts à Saint-Etienne (1-1), l’infirmerie s’est déjà bien vidée, puisque seuls Bernat et Letellier sont actuellement blessés, Rafinha, Kehrer et Dagba ayant eux été testés positifs au Covid-19.

Mauro Icardi, buteur contre Brest pour son retour, a récidivé face aux Marseillais en ouvrant le score grâce à un but de renard, puis a obtenu un penalty transformé par un autre revenant, Neymar, qui a montré en un peu plus d’une demi-heure tout ce qu’il pouvait apporter. "J'ai regardé le calendrier, il y aura beaucoup de matchs et c'est important d'avoir tous les joueurs", s’est réjoui leur entraîneur. D’ici le huitième de finale aller de Ligue des champions contre le Barça (16 février), les Parisiens vont en effet disputer 7 matchs, dont un déplacement au Vélodrome qui s’annonce encore explosif.

Pochettino remercie son équipe et... Thomas Tuchel pour ce trophée !