PSG : Kylian Mbappé, la nouvelle dimension

AI / Reuters / Panoramic

"Kyky" a complété sa collection d'étoiles: après la Coupe du monde et la deuxième étoile cousue sur le maillot des Bleus en 2018, le supersonique attaquant français a décroché un cinquième titre de champion de France à seulement 23 ans, son quatrième avec le PSG... et probablement le plus abouti sur le plan personnel. Mbappé a porté Paris avec ses 25 buts et 17 passes décisives en L1, dont il pourrait terminer meilleur buteur pour la quatrième fois de rang. Il égalera peut-être le record de Jean-Pierre Papin, meilleur buteur cinq saisons d'affilée avec l'Olympique de Marseille (1988-1992), car le génie de Bondy a décidé de prolonger son contrat parisien s'achevant fin juin.

Malgré les avances du Real Madrid, l'attaquant a décidé de rester fidèle au club dont il pourrait devenir le meilleur buteur de l'histoire, devant Edinson Cavani (200) dans les mois à venir. A défaut de devenir un "galactique" en Espagne, l'ancien Monégasque, devenu en 2017 le deuxième joueur le plus onéreux de l'histoire en rejoignant Paris pour 180 millions d'euros, veut écrire sa légende dans la capitale française où il est né. Avec l'objectif, en ligne de mire, de décrocher l'étoile de la première Ligue des champions du club, qui a échoué en finale en 2020 face au Bayern Munich (1-0).

Passeur redoutable

Sur le terrain, l'attaquant repéré comme un talent hors norme depuis son plus jeune âge en Seine-Saint-Denis, a élargi sa panoplie. A sa formidable vitesse et son sens du but, Mbappé a ajouté une bonne dose d'altruisme en distribuant des passes décisives (17 avant la dernière journée). Il a aussi étoffé son dribble, avec un coup de rein imparable, et il commence même à marquer de la tête. Hors du terrain, le prodige la joue en revanche de plus en plus solitaire. Son action la plus spectaculaire à ce sujet reste son refus de participer à une séance collective de marketing avec l'équipe de France, pour "faire bouger les lignes" de la gestion collective du droit à l'image chez les Bleus, selon ses représentants.

Mbappé et son entourage, sa mère Fayza Lamari en tête, qui veille jalousement sur l'image positive de son fils, entendent que sa valeur individuelle soit distinguée, au risque de froisser sa réputation. Adroit communicant, le joueur sait défendre son point de vue publiquement. En début de saison, il était revenu dans L'Équipe sur l'Euro manqué de l'équipe de France, son tir au but raté, et avec franchise sur ses envies de départ du PSG. Avant de rester et d'être le meilleur joueur de la saison.

"Les gens ne comprennent pas l'ego"

Mbappé sait aussi se défendre des accusations d'individualisme. "Les gens ne comprennent pas l'ego", expliquait-il sur RMC, "Personne d'autre que vous-même ne va vous pousser." Dans le magazine Esquire, il ne niait pas être une star. "Si votre visage est partout en ville, dans le monde entier, c'est certain" que vous êtes une star, disait-il. "Être une star c'est un statut, mais ça ne fait pas de moi une meilleure personne que les autres". Egérie de l'équipementier américain Nike, Mbappé, qui compte plus de 70 millions d'abonnés sur le réseau social Instagram, a aussi signé des contrats de partenariat avec le couturier Dior et l'horloger Hublot.

Partout où il passe en France, Marseille excepté, Mbappé reste numéro un à l'applaudimètre, au Parc des Princes, au stade de Clermont ou à l'entraînement des Bleus à Clairefontaine. "J'ai toujours voulu être le premier partout en équipe de France comme en club", disait l'attaquant aux 54 sélections et 26 buts après son magnifique match fin mars contre l'Afrique du Sud (5-0), lorgnant sur le record de Thierry Henry (51 buts). "Je sais qu'il y a encore un long chemin parce que ce qu'a fait +Titi+, personne ne l'a fait". Son sélectionneur, Didier Deschamps, qui le trouve "radieux", souligne que Mbappé "a l'intelligence de s'inscrire dans un collectif sur et en dehors du terrain. Tant mieux que l'équipe de France puisse avoir un joueur comme lui. Il le sait, ce n'est pas Kylian et les autres mais Kylian avec les autres".


>