OM : Sampaoli pointe un manque de régularité

Depuis le 22 septembre, et un match nul concédé sur la pelouse d'Angers (0-0), l'Olympique de Marseille marque clairement le pas. Battu par Lens lors de la journée suivante (2-3), le club phocéen a ensuite concédé un autre score de parité face à Galatasaray en Ligue Europa (0-0) avant de s'incliner à Lille, juste avant la trêve internationale (2-0). Cinquième au classement de Ligue 1, à 10 unités du PSG, l'OM recevra Lorient, ce dimanche à l'Orange Vélodrome (20h45) et une réaction est attendue de la part des joueurs. Toutefois, un résultat obligatoire, dans une certaine mesure, ne doit pas être évoqué, aux yeux de Jorge Sampaoli. En conférence de presse, il a livré certains de ses sentiments à propos de la période traversée par son équipe.

 

"On affronte des équipes de plus en plus fortes et faites"


"Aujourd'hui, on sait qu'il y a toujours cette obligation de résultat. Il faut avoir des bons résultats. Oui, de ce point de vue, il faut gagner face à Lorient. Mais selon moi, l'obligation de résultat nous rapproche plus de la défaite que de la victoire. Ce qui est important, c'est de consolider une idée, qui ne l'est pas encore, afin de se rapprocher de la victoire. Lorient a de très bons résultats contre les clubs importants, est très forte à l'extérieur. Elle a une idée déjà consolidée, ce n'est pas notre cas", a affirmé l'entraîneur de l'OM, dans des propos retranscrits par RMC Sport. Dans cette optique, les résultats obtenus ont pu freiner le développement de l'équipe, selon lui : "Il nous manque cette régularité. On affronte des équipes de plus en plus fortes et faites, alors qu'on a un groupe très jeune. Des gros matchs arrivent. On n'a pas le temps de se reposer, de préparer tout ça. Il faut qu'on soit le plus compétitif possible", a clamé le natif de Casilda.

En outre, Sampaoli a également évoqué la situation de Steve Mandanda, qui n'est plus titulaire dans les buts de l'OM, et n'a plus joué depuis la victoire 3-1 contre l'AS Saint-Étienne le 28 août dernier. "On a estimé que Steve avait besoin de souffler, parce que son rendement commençait à baisser. Pau est très bien aujourd'hui, Steve aussi. La concurrence est saine et sera comme celle des joueurs de champ. Quand on retrouvera le vrai Mandanda, il sera un pilier de l'équipe. Ainsi, lorsqu'ils seront tous les deux à leur meilleur niveau, ce sera à moi de prendre la bonne décision", a assuré l'ancien sélectionneur de l'Argentine, ne considérant pas la hiérarchie comme totalement établie.

>