OM - Rongier : "On a l'effectif pour jouer toutes les compétitions"

L'Olympique de Marseille n'a pas l'intention de galvauder la Coupe de France. Troisième de Ligue 1 et restant sur un succès autoritaire obtenu sur la pelouse de Lens samedi dernier (0-2), la formation entraînée par Jorge Sampaoli s'est renforcée durant cette période de mercato hivernal avec les arrivées de Sead Kolasinac et Cédric Bakambu - qui a marqué pour son premier match face à Lens. Alors que l'OM recevra Montpellier samedi à l'Orange Vélodrome dans le cadre des 8èmes de finales de la Coupe de France (21 heures), Valentin Rongier a exprimé les ambitions de Marseille dans la compétition.

 

L'OM veut jouer la Coupe de France "à fond"


"On sait que la Coupe est une compétition avec un titre à jouer et peu de matchs à disputer. Elle reste une épreuve relevée, il reste encore de très belles équipes. Mais on a envie de la jouer, et à fond, ça c'est une certitude. On pense, peut-être qu'on se surestime, qu'on a l'effectif pour jouer toutes les compétitions", a confié le joueur, ce jeudi en conférence de presse, dans des propos rapportés par L'Equipe. Finaliste à 9 reprises et vainqueur de la Coupe de France à 10, dont la dernière fois en 1989, Marseille aspire à "aller le plus loin possible dans les trois compétitions", selon Rongier.

 

 



Avec 16 matchs de Ligue 1 au compteur depuis l'entame de la saison, dont 13 en tant que titulaire, le natif de Mâcon possède une place importante dans l'équipe, mais également un  nouveau rôle sur le terrain. Devant alterner entre la fonction de latéral et celle de milieu relayeur, Rongier a expliqué avoir pris des repères au fur et à mesure des rencontres. "J'essaie de m'adapter au système de l'adversaire, alors oui, je serai toujours latéral quand on va défendre, mais ma position sur le terrain, en phase offensive, va varier en fonction de la mise en place de l'adversaire. Ce système hybride permet de déstabiliser les adversaires", a-t-il commenté, estimant ne "pas avoir les qualités athlétiques d'un latéral moderne, celui qui prend le couloir. Je le fais rarement à l'OM."

 


>