OM : La mise au point de Payet et Tudor

Panoramic

Par essence, la sérénité n'est jamais réellement présente à l'OM. Mais quand le club phocéen ne parvient qu'à gagner 1 seul de ses 5 matchs de préparation pour s'incliner 3 fois et que les doutes sont importants quant à l'efficience de la méthode Igor Tudor, alors l'atmosphère devient encore plus instable. A 2 jours de la réception de Reims pour le compte de la 1ère journée de Ligue 1 (dimanche, 20h45), Dimitri Payet puis le coach croate se sont présentés en conférence de presse afin d'effectuer une large mise au point sur la situation.

"Dimitri Payet n'a jamais demandé à voir le président"


Sondé sur une initiative de sa part concernant la réunion entre le président Pablo Longoria, Tudor, et les joueurs (mardi), le numéro 10 a répondu par la négative. "Dimitri Payet n'a jamais demandé à voir le président. Il n'y a pas eu de réunion demandée, ni de ma part, ni d'aucun joueur. Pablo Longoria est venu nous voir pour faire le point sur la préparation, ce qu'il attendait de nous et les objectifs de la saison", a clamé le leader technique de l'OM, conscient qu'il fasse "vendre" auprès des médias. Refusant de se considérer comme une "assistante sociale" auprès du vestiaire, le Réunionnais a avoué que les méthodes de Tudor étaient "nouvelles" pour l'ensemble de l'effectif. "C'est un coach qui veut du sérieux, du travail et de l'exigence. C'est tout à fait normal. Moi le premier, j'avais demandé à trouver des solutions pour augmenter nos exigences", a reconnu Payet, qui vise, logiquement, les 3 points face à Reims.

Tudor cite l'AC Milan comme un exemple à suivre dans le jeu


L'ancien technicien de l'Hellas Vérone, lui, a affirmé sans peine "très bien" s'entendre avec les éléments de son groupe. "Mon style est très différent de l'entraîneur précédent (Jorge Sampaoli, ndlr). On peut gagner de plein de manières différentes. Il faudra du temps pour s'habituer au niveau style, mais on a eu une bonne semaine de préparation", a-t-il analysé. Estimant son groupe comme "bon", il a indiqué qu'il serait encore complété par d'autres venues, d'ici au 1er septembre prochain, date de clôture du mercato estival. Avouant croire "en la fatigue, la vraie fatigue", le technicien a affirmé que l'AC Milan, vainqueur dimanche dernier à l'Orange Vélodrome (0-2) était un exemple à suivre. "On a joué contre une équipe qui a le jeu que l'on souhaite mettre en place. Leur équipe a été construite en trois années. Au début de leur parcours, ils ont perdu 5-0 contre l'Atalanta(le 22 décembre 2019)", a-t-il rappelé à propos des champions d'Italie en titre.

>