OL – OM : Le speaker n'avait pas le droit de parler

L’histoire du choc des Olympiques va bientôt devenir digne d’un film à suspense. Depuis dimanche soir, les rebondissements se multiplient concernant cette rencontre de honte, par rapport à la décision qui a fait débat. Celle qui concerne la reprise du match. Les différents camps concernés se sont rejetés la responsabilité de ce choix incompréhensible et le dernier à être visé s’avère être le speaker de l’enceinte lyonnaise.
 

Le match n’aurait pas dû reprendre


Environ une heure et quart après l’interruption de la rencontre, décrétée après la blessure de Dimitri Payet suite à un jet de projectile, le speaker a fait savoir au public de Groupama Stadium que la rencontre allait reprendre. Il a même pris le soin de préciser qu’au prochain débordement le match sera arrêté. Des propos qu’il aurait tenus de son propre chef et sans aucune instruction reçue au préalable de la part de l’arbitre du match.

D’après RMC Sport, Ruddy Buquet n’a à aucun moment décrété le retour des acteurs sur le terrain. Cela viendrait confirmer la version qu’il a lui-même livrée après la partie, mais aussi celle de Jacques Cardoze, le directeur de communication de l’OM. Ce dernier avait assuré qu’à aucun moment le groupe olympien n’avait reçu la visite de l’arbitre dans le vestiaire pour indiquer que la partie allait se poursuivre. Si cela se révèle être véridique, alors c’est Jean-Michel Aulas et le préfet du Rhône qui auraient menti.


>