Nice : Khéphren Thuram à grands pas

Lionel Urman / Panoramic

A l'intersaison, de nombreux clubs sont venus faire les yeux doux au club azuréen. Car lors de ses deux premières saisons niçoises, le milieu de terrain international Espoirs a commencé à se faire un prénom, pas encore aussi fameux que celui de son père Lilian, mais plus si éloigné de celui de son grand frère Marcus. Les arrivées conjuguées de Mario Lemina et de Pablo Rosario, deux éléments plus expérimentés dans son secteur de jeu, auraient pu pousser le natif de Reggio d'Emilie - du temps où son père jouait à Parme - à poursuivre sa progression ailleurs. Il n'en a rien été. 

"Cela ne faisait aucun doute pour moi. J'ai beaucoup progressé et grandi au GYM et je pense encore aller plus loin. C'est une bonne décision de prolonger (jusqu'en 2025 ndlr). J'ai de très bons partenaires ici, le niveau s'est élevé et le coach m'apprend beaucoup de choses", avait expliqué fin-septembre l'ancien pensionnaire de l'INF Clairefontaine et du centre de formation de l'AS Monaco. "Je pense que mes deux premières saisons ont été assez bonnes. Celle-ci est prometteuse. Ca viendra avec le travail, je suis là pour ça", ajoutait alors celui qui est arrivé de Monaco à l'été 2019. 

Progression et continuité

De son côté, le club n'avait ni l'envie de ni le besoin de laisser filer le jeune Thuram. Julien Fournier, directeur du football de l’OGCN, répète d'ailleurs à l'envi que le soutien d'Ineos permet au club de conserver ses meilleurs jeunes. "A une certaine époque, un Amine Gouiri aurait déjà été vendu, pareil pour Kasper Dolberg ou Khéphren", a-t-il ainsi déclaré. Au club, où il est unanimement apprécié, on juge que le grand milieu de terrain (1,91 m) a encore une belle marge de progression et qu'il sait faire face à la concurrence avec beaucoup de personnalité et de caractère.   

A bientôt 21 ans, le fils du champion du monde a donc pu poursuivre son installation dans l'élite et a joué avec continuité puisqu'il a participé à 20 des 21 matches de championnat disputés par Nice avant de se rendre à Metz dimanche. Huit fois titulaire, il l'était encore le week-end dernier contre Nantes, à la faveur de l'absence de Lemina (CAN), et en a donc profité pour inscrire au bout d'un long raid son deuxième but de la saison, qui vient s'ajouter à deux passes décisives.

"Il aime faire des petites percées comme ça", a souri son copain Amine Gouiri, avec qui il a célébré ce joli but d'une poignée de mains et d'une révérence. "Il s'est appuyé sur moi pour marquer un beau but. On aime bien combiner. Par contre, je ne pense pas qu'il puisse jouer devant", a encore rigolé l'ancien Lyonnais. On ne peut pas savoir tout faire, mais un autre Thuram a montré qu'on pouvait faire une belle carrière et marquer des buts qui comptent sans être attaquant...


>