Marseille : Cabella/Alessandrini, ça tâtonne

FEP / Panoramic

A Marseille, il y a ceux qui brillent, comme Lassana Diarra, et ceux qui patinent. Si Michel n’a pas encore totalement imposé sa patte sur le jeu de sa formation, il est aussi en droit d’attendre plus de certains de ses hommes. Le sursaut collectif olympien, ainsi que la remontée au classement, passera forcément par une amélioration individuelle de son duo offensif. Rémy Cabella et Romain Alessandrini, tous deux auteurs d’un démarrage décevant, vont devoir sensiblement hausser leur niveau de jeu ces prochaines semaines.

Cabella dans le dur

« Je n’ai pas de doute sur sa position, mais sur son rendement. Il doit s’améliorer. » A l’évocation du cas de l’ancien montpelliérain, Michel n’use pas de la langue de bois. Le technicien espagnol l’admet sans détour, Cabella n’a pas la productivité escomptée par le staff. Son positionnement dans le couloir gauche, lui qui préfère l’axe, n’est pas une excuse pour l’entraîneur phocéen : « Il a déjà montré auparavant qu’il pouvait jouer à ce poste. D’ailleurs on ne l’utilise pas exactement comme un ailier.» Ce qui est assez juste.

Dans le système offensif de Marseille, Cabella n’hésite pas à dézoner (sur les consignes de son coach ?), redescend pour venir toucher le ballon, et cherche avant tout à être à l’élaboration du jeu au centre du terrain. En quatre titularisations en Ligue 1, ses statistiques (aucun but ni passe décisive) traduisent sans mal la méforme d’un joueur pas encore au niveau (3 tirs tentés en L1, pour un seul cadré) et dont l’impact offensif laisse à désirer.

Alessandrini, la rechute

Le gaucher de 26 ans est le symbole de cet OM qui a complètement déraillé face à Lyon. Expulsé fort logiquement pour son agression sur Valbuena (son premier carton rouge en L1 de sa carrière), Alessandrini vit à l’instar de Cabella un début d’exercice pénible. Parfois maladroit dans le dernier geste, souvent inefficace  quand il s’agit de créer des brèches (seulement 67% de passes réussies dans le camp adverse), l’ailier droit avait cru lancer sa saison lors de la réception de Bastia avec une performance aboutie (2 buts).

Hélas, il est retombé dans ses travers dimanche, donnant du crédit à ceux qui le juge trop inconstant sur le terrain. Débarrassé de la concurrence de Florian Thauvin, le numéro 11 olympien ne balaye pas pour le moment tous les doutes formulés à son sujet. Suspendu ce soir, il laissera vraisemblablement sa place dans le onze de départ à George-Kévin Nkoudou, qui a clairement une carte à jouer au vu des prestations en dents de scie de l’ex-rennais.


>