Lique 1: Rennes sous pression maximale pour le podium

Panoramic

Alors même que l'objectif européen n'est pas encore assuré, l'entraîneur a relevé la barre il y a 10 jours. Désormais, Rennes vise officiellement la Ligue des champions, et si possible sans passer par les barrages cet été. Mais avec Nantes, Marseille et Lille, la dernière ligne droite s'annonce ardue. "La 2e place, ça ne se fera pas tout seul. C'est très difficile, mais on doit avoir cette ambition", répète Genesio. Quatrième avec 62 points, à trois longueurs de Monaco et six de Marseille, Rennes doit absolument faire le plein à la Beaujoire pour ne pas se laisser décrocher, sans laisser trop de plumes non plus avant le choc contre l'OM samedi au Roazhon Park. Et derrière, Strasbourg, Nice et Lens maintiennent la pression: en cas de faux pas, Rennes pourrait voir sa série historique de quatre automnes européens stoppée.

"Ça reste un derby" 

Dans ces conditions, le derby nantais prend des allures de piège parfait. Vainqueurs de la Coupe de France samedi contre Nice (1-0), les Canaris ont beaucoup donné pendant la finale et beaucoup célébré ensuite. Mais même s'ils avaient des petits yeux dimanche, ils vont se présenter galvanisés et en pleine confiance. Le derby, "on y pense forcément, car on n'a pas envie de mettre une mauvaise note sur tout ce qu'on a fait", a prévenu Marcus Coco dimanche. "La Coupe, on a connu ça", rappelle Benjamin Bourigeaud. En 2019, Rennes avait fait match nul contre Monaco (2-2) trois jours après son sacre au Stade de France. "Il y aura de l'euphorie, mais ils auront à coeur de nous contrer. Ça reste un derby". 

"Ça sera à celui qui aura le plus d'envie, qui mettra le plus de coeur possible, mais aussi qui ne fera pas n'importe quoi, qui saura gérer ses émotions. Dans ce genre de match, on a aussi tendance à péter les plombs. Il va falloir rester sereins", prévient-il. "Finir à onze c'est déjà très important sur ces matches", abonde Genesio. "Le facteur émotionnel sera essentiel. Il faudra gérer ça tout en mettant l'engagement nécessaire pour gagner". Dans un contexte pourtant beaucoup plus favorable, Nayef Aguerd n'avait pas su doser fin avril contre Lorient (5-0): une faute inutile, un carton rouge et deux matches pour Rennes sans son taulier de la défense.

Forcer le verrou 

En l'absence de Loïc Badé, qui a repris l'entraînement collectif mais n'est pas encore prêt, Baptiste Santamaria devrait rempiler en charnière centrale au côté de Warmed Omari. Tous deux avaient rassuré il y a 10 jours face à Saint-Etienne (2-0), mais les Verts étaient privés de plusieurs attaquants alors que côté Canaris, le trio Simon-Blas-Kolo Muani a bousculé la défense niçoise comme rarement cette saison.  Parallèlement, l'arrière-garde nantaise menée par Nicolas Pallois s'est montrée intraitable samedi. Pour forcer le verrou, Genesio compte sur Jérémy Doku, la pépite belge de retour après une série de blessures qui l'ont éloigné des terrains quasiment toute la saison. Le jeune ailier n'a pas 90 minutes dans les jambes mais en fin de match, sa vitesse et sa force de percussion peuvent "impacter l'adversaire", assure Genesio, surtout si ce dernier n'est plus très frais. Cela avait été le cas lors d'un précédent retour de blessure en novembre: entré à la 69e minute à Lorient, il avait marqué d'une superbe frappe du gauche moins de 10 minutes plus tard...

 

                


>