Lille : Jocelyn Gourvennec évasif sur son avenir

Reuters

"C'est une question qu'il faut poser aux dirigeants et aux actionnaires" : interrogé jeudi sur son avenir sur le banc de Lille, seulement 10e de Ligue 1 à deux journées de la fin du championnat, Jocelyn Gourvennec s'est montré assez évasif. Plusieurs médias ont rapporté mercredi que David Bettoni, l'ancien adjoint de Zinédine Zidane au Real Madrid, aurait été choisi pour succéder au technicien breton, durement critiqué par les supporters ces dernières semaines. "Je ne peux pas commenter ça. On fait des réunions pour préparer la saison prochaine, je fais mon job, je n’ai pas d’états d’âme. On a dit qu’on se verrait en fin de saison (avec le président Olivier Létang, NDLR). J’ai été recruté pour assurer une continuité, j’ai rempli la feuille de route, avec une très bonne relation avec mes dirigeants", a souligné Gourvennec jeudi en conférence de presse. L'ancien entraîneur de Bordeaux et Guingamp a été critiqué dès son arrivée l'été dernier à Lille, où il avait la difficile mission de succéder à Christophe Galtier, qui venait de décrocher un inattendu titre de champion de France. Ces dernières semaines, il a été conspué par une partie du public après plusieurs contre-performances du Losc, qui visait une place européenne mais n'atteindra pas son objectif.

"On fait une saison qui est réussie par certains côtés, manquée par d'autres. On a fait des choses que je qualifierais d’intéressantes et d’importantes malgré tout: gagner un titre (le Trophée des champions, NDLR), ce n’est pas anodin, faire une 8e de finale de Ligue des champions ce n’est pas anodin. Mais le classement n’est pas conforme, on a raté notre sprint final", a-t-il concédé. "J’ai la faiblesse de penser que je mérite un peu plus de respect, ce n’est que mon sentiment d’homme et d’entraîneur... Mais je ne peux pas me disperser sur ce qui peut se dire. Je ne veux pas passer pour une victime, ce n’est pas mon état d'esprit. Le plus important c’est d’être professionnel, de mener le vestiaire et je pense que ça se passe bien", a-t-il conclu. Même si le Top 5 est désormais hors d'atteinte, les Dogues ont un rôle d'arbitre à jouer lors des deux dernières journées de championnat puisqu'ils se déplacent samedi à Nice avant de recevoir une semaine plus tard Rennes, deux candidats au podium.


>