Ligue 1 : Où va l’OM ?

Reuters

Ce nul concédé à Ajaccio risque de peser lourd. En concédant mercredi soir l’égalisation en fin de rencontre face au Gazélec (1-1, match en retard de la 28e journée), l’OM a reçu nouveau coup sur la tête, trois jours après une énième prestation décevante au stade Vélodrome contre un TFC relégable… Englués à la 11e place, sept points derrière l’OL, troisième, les Marseillais sont-ils encore motivés pour finir en trombes et tenter d’effacer tant bien que mal une saison ratée en championnat ? "C’est vrai qu’on était venu à Ajaccio pour prendre trois points mais il reste 9 journées, et on reste concentré sur le championnat", a répondu sans plus de conviction Jacques-Alaixys Romao, vendredi en conférence de presse à la veille du déplacement à Lorient pour le compte de la 30e journée.

Pas de problème avec Michel

Titulaire en l’absence de Lassana Diarra (ce sera de nouveau le cas samedi au Moustoir), le milieu de terrain olympien assure également qu’il n’existe pas de problèmes relationnels avec Michel. On l’imagine mal de toute façon dire le contraire devant les medias, et puis son capitaine, Steve Mandanda, avait confié en début de semaine qu’il n’y avait pas de souci avec le technicien espagnol. "On se fait confiance. Dans le groupe ça va plutôt bien. C’est la réponse type du footballeur, non ? (sourires)", lâchera-t-il ensuite, comme assez désintéressé du sujet, et de l’exercice du passage devant les journalistes: "C’est bon ? Je peux y aller ?" Après une grosse dizaine de minutes, l’ex-Merlu sera autorisé à quitter l’estrade de la petite salle de presse avant l’arrivée de Michel.

Et que pouvait-on attendre de l’entraîneur espagnol ? D’abord du classique: "Le moral était atteint après Ajaccio mais les joueurs sont professionnels et ils vont continuer à s’impliquer." Et puis, il tente d’expliquer les difficultés récurrentes de son équipe: "Les joueurs sont préoccupés par la situation et ils sont un peu tendus avant les rencontres." Et plus particulièrement au stade Vélodrome, ce qui expliquerait que le dernier succès à Marseille remonte au 13 septembre 2015: "Il y a la jeunesse de l’effectif, on leur donne beaucoup de responsabilités et le rendement baisse. A domicile aussi, il y a beaucoup trop de responsabilités. Il faut enlever cette pression." Forcément. Et pour qu’elle fuit les épaules marseillaises, seules les victoires devraient suffire. Mais pour gagner, les Olympiens ont besoin d’être détendus…

Romao a une quand même une solution que La Palice n’aurait pas reniée: "Il faut juste avoir un peu de réussite dans les matches, il faut être patient. Les occasions, on les a." Le supporter de l’OM peut donc être rassuré... Surtout que l’international togolais et ses camarades ne vont "pas lâcher, c’est notre métier, on va tout faire pour atteindre les objectifs. Etre dans les 5, 6 premiers." Avec neuf matches à disputer, ce n’est pas mission impossible. Mais l’OM peut-il faire mieux que ce qu’il montre depuis quelques semaines ? On peut en douter.


>