Ligue 1 - Metz enfonce un peu plus Bordeaux !

Panoramic

Bordeaux, devant au score pendant une heure, a craqué en fin de match sur deux contres de Metz (1-2), plus déterminé et qui confirme ses bonnes dispositions actuelles samedi à l'occasion de la 27e journée de Ligue 1. Quand plus rien ne va... Cela faisait 41 ans que les Grenats n'avaient pas connu la victoire en Gironde. Les hommes de Frédéric Antonetti ont attendu les arrêts de jeu pour voir Vagner Dias, à la conclusion d'une action express avec Farid Boulaya à l'avant-dernière passe et Thierry Ambrose à l'offrande, crucifier les Girondins et conclure leur mois de février horrible. Avec cinq défaites, dont une en Coupe de France à domicile face à Toulouse (L2), et un piteux 0-0 contre Marseille après avoir évolué en double supériorité numérique pendant une demi-heure, les tensions apparues dans le vestiaire ne sont pas prêtes de retomber. 

Cet épilogue pendait au nez des hommes de Jean-Louis Gasset, une nouvelle fois très inconstants. Pour sortir de la spirale négative, l'entraîneur girondin a tenté un pari en jouant en 3-5-2 avec Hatem Ben Arfa sur le banc. Cela a fonctionné une mi-temps, quand tout le monde a fait les efforts, à l'unisson avec une ouverture du score quasi logique de Samuel Kalu, bien servi par Youssouf Sabaly, qui a envoyé le ballon hors de portée d'Alexandre Oukidja et de Dylan Bronn revenu sur sa ligne (14e). De quoi ravir les Ultramarines, venus avant la rencontre aux abords du stade réclamer une nouvelle fois le départ du président Frédéric Longuépée. Mais en seconde période, les Marine et Blanc se sont sabordés.

L'égalisation lorraine de Thomas Delaine, pas attaqué dans sa chevauchée et qui a enroulé une frappe du droit rentrante avec l'aide du poteau (1-1, 72e), en est le parfait symbole. Jusque-là, les multiples parades de Benoît Costil avaient maintenu ses coéquipiers dans le match, écoeurant parfois les visiteurs. Mais les Lorrains n'ont cessé de mettre la pression sur un édifice en péril, y ont cru jusqu'au bout et ont été récompensés par le but victorieux de Vagner.


>