Ligue 1 : Lyon, un effectif pour soutenir la cadence ?

Panoramic

Privé de Coupe d'Europe la saison dernière, l'OL de Rudi Garcia n'avait pas à se soucier des temps de jeu. Mais le 16 septembre, les Lyonnais ont retrouvé la Ligue Europa avec une victoire à Glasgow contre les Rangers (2-0), avant d'enchaîner par un déplacement à Paris (défaite 2-1) et une rencontre à domicile contre Troyes (3-1).

Cinq matches en deux semaines

Le match contre Lorient sera ainsi le cinquième en deux semaines. Certes, Lyon surfe sur une bonne dynamique avec quatre victoires sur ses cinq dernières rencontres, que la défaite face sur le fil au PSG ne remet pas en cause. D'autant plus que les joueurs de Peter Bosz ont affiché de nets progrès.

Les recrutements opérés dans les derniers jours du mois d'août ont considérablement renforcé son équipe. Pour preuve, le milieu offensif suisse Xherdan Shaqiri et l'arrière gauche italo-brésilien Emerson Palmieri ont été décisifs dans le succès sur les Troyens mercredi (3-1), en inscrivant chacun un but. Mais l'arrière central Jérôme Boateng est resté sur le banc, ménagé en raison de sa forme précaire après trois mois à s'entraîner seul, quand il était en fin de contrat avec le Bayern Munich en juin et recherchait un nouveau club.

Après la défaite à Paris, Bosz s'était plaint du calendrier qui ne laissait que deux jours entre chaque rencontre, alors qu'il en souhaiterait trois pour une meilleure récupération de son groupe, qui compte en outre bon nombre d'internationaux, dont les Brésiliens Bruno Guimaraes et Lucas Paquetà. Les aller-retours avec l'Amérique du Sud pour jouer les éliminatoires du Mondial-2022 risquent d'accroître la fatigue et les risques de blessures.

Le dilemme de Bosz

Quelles solutions s'offrent à l'entraîneur néerlandais alors que son effectif ne paraît pas si étoffé ? 

Pour défier le PSG, l'OL était ainsi notamment privé de Léo Dubois, Moussa Dembélé, Tino Kadewere, Thiago Mendes et Jeff Reine-Adelaïde, qui n'a pas repris l'entraînement collectif après une opération à un genou. Le banc lyonnais était en conséquence particulièrement jeune. "Deux jours entre deux matches, cela peut arriver une à deux fois mais quatre fois c'est dur. Là, il faut observer les joueurs et je crains pour les blessures. Je suis en contact avec le corps médical et je prends les décisions", peste le technicien, reconnaissant quand même "la bonne forme des Brésiliens".

 Bosz : "On joue de mieux en mieux"

Bosz doit donc jongler entre l'idée de maintenir un onze de base et celle de faire tourner ses joueurs pour équilibrer les temps de jeu. "Je fonctionne avec les deux possibilités. Dans le passé, j'ai opté pour onze titulaires sans changer si cela était possible. Mais j'ai aussi travaillé sur des équipes avec lesquelles je faisais beaucoup tourner", explique l'ancien entraîneur du Bayer Leverkusen et de l'Ajax Amsterdam. "Ici, je regarde surtout comment on peut gagner le prochain match car c'est quand même le plus important et il faut le faire avec les joueurs qui sont le plus aptes pour y parvenir au moment de jouer", assure Bosz.

Les retours de Dubois, à l'arrière, et de Thiago Mendes, au milieu, donnent un peu plus de marge à l'entraîneur de l'OL en défense et dans l'entrejeu. En revanche, la nouvelle blessure de Dembélé, indisponible pour plusieurs semaines, ajoutée à celles de Kadewere ou encore Reine-Adelaïde, qui n'est pas attendu avant novembre, laissent moins de choix en attaque. Mais Lyon n'a guère le temps de se poser de questions et entend enchaîner une nouvelle victoire face à Lorient, quelle que soit l'équipe choisie.


>