Ligue 1 : Le banc de Monaco, c'est niveau Ligue des champions

Reuters

Si Monaco est la meilleure équipe de France en 2021 (28 points sur 30), elle le doit aussi à la qualité et l'impact des entrants en cours de match. Sur le plan offensif, par exemple, Stevan Jovetic, Cesc Fabregas et surtout Aleksandr Golovin, sont impliqués sur 11 buts (six buts et cinq passes décisives) depuis janvier.

D'ailleurs, Niko Kovac ne les appelle pas "remplaçants", mais "finisseurs". Ils ont pour tâche de finir le travail et de gagner la rencontre. "En début de saison, on avait des jeunes sur le banc, c'était plus compliqué, analyse l'entraîneur. Désormais, on a des +top joueurs+ sur le banc. A chaque fois qu'ils entrent, ils apportent beaucoup."

Kovac reconnaît qu'il doit parvenir à "trouver un équilibre et ce n'est pas facile". "Chacun des 20 (joueurs) sur la feuille de match veut jouer, lance-t-il. Voilà pourquoi j'ai toujours été favorable à la possibilité d'effectuer cinq changements. Je peux donner du temps de jeu à ceux qui méritent et montrent à l'entraînement. Ils poussent les titulaires à se surpasser, apportent une plus-value. Cela me pousse à réfléchir et me challenge en tant qu'entraîneur. Cela me plaît."

Ça tourne en défense

Toutefois, Kovac gère différemment les joueurs à caractère offensif, souvent utilisés assez tôt dans un match, aux défenseurs, qui entrent tardivement mais dont les titularisations sont plus régulières. Actuellement, le champion du monde 2018 Djibril Sidibé (12 titularisations en L1) et l'ex-Lillois Fodé Ballo-Touré (6) ne démarrent pas en défense. "Pour Djibril, on a changé après 8 matches de rang à bon niveau car je voulais mettre Disasi sur Mbappé à Paris, explique Kovac. La concurrence s'accroît."

Auparavant, l'international chilien Guillermo Maripan (12 titularisation), le Brésilien Caio Henrique (15), Axel Disasi (17) et Ruben Aguilar (21), pourtant devenu international français cette saison, ont connu ce turnover. Les éléments offensifs sont tous des internationaux. Ils se nomment Aleksandr Golovin, Stevan Jovetic, Krepin Diatta, le champion du monde 2010 Cesc Fabregas, voire Pietro Pellegri, international italien malgré ses 19 ans.

Golovin est un cas spécifique. C'est une star. Mais le staff compose avec son physique suite à la grave blessure à une cuisse qui l'a tenu éloigné quatre mois. D'ailleurs, Kovac avoue qu'il "ne manque que l'autorisation du département médical" pour que le Russe soit plus souvent titulaire. "Sur les deux côtés ou en N.10, il peut jouer partout", dit le Croate.

Golovin le plus décisif de L1

Avec quatre buts et six passes décisives en 393 minutes, le Russe est l'élément le plus décisif de l'élite. Et encore, sur 2021, depuis son retour de blessures, ses statistiques impressionnent (quatre buts, cinq passes en 290 minutes). Buteur victorieux à Grenoble en Coupe, Jovetic, 31 ans, en fin de contrat en juin, a remis ça contre Brest. Avec quatre réalisations (trois en L1), lui qui n'a été que deux fois titulaire en L1 cette saison (sur 22 apparitions) est devenu supersub. "Sa situation n'est pas facile, souligne Kovac. Kevin (Volland) et Wissam (Ben Yedder) marquent beaucoup. Mais il ne lâche rien. Il sait que je compte sur lui car il parvient à changer le rythme d'un match. Je suis heureux de sa réussite actuelle."

Après avoir joué en début de saison, Fabregas n'est, depuis son retour de blessure, qu'un recours dans les moments compliqués. Mais sa science de la passe et de la gestion fait souvent merveille. Cette armada suffira-t-elle pour permettre à Monaco de viser la qualification en Ligue des champions ? "L'équipe a progressé au fil de la saison, esquive Kovac. L'objectif est de maintenir notre niveau et nos performances."


>