Ligue 1 : Labrune au soutien de Michel

Icon Sport

Regarder vers l’avant ou surveiller ses arrières, l’Olympique de Marseille navigue clairement entre deux eaux en cette fin de saison. La frustration gagne chaque semaine un peu plus de terrain et il ne reste finalement plus que la Coupe de France pour redorer une saison trop terne. "Je suis déçu, frustré, car j’attends évidemment plus de cette équipe", répond Vincent Labrune dans les colonnes de La Provence. Mais le président de l’OM, lui, continue de regarder plus haut: "Je garde bien sûr l’espoir de finir dans le top 5, qui est notre objectif prioritaire de la saison".

"Si vous me demandez si nous terminerons la saison avec lui, la réponse est oui."

Vincent Labrune

Quant aux critiques qui concernent les joueurs, il les valide en adressant deux mentions spéciales à Mandanda, excellent ces derniers temps, et Lassana Diarra qui leur manque cruellement. Pour ce qui est de Michel dont les choix interpellent parfois, Labrune n’hésite pas une seconde: "Si vous me demandez si nous terminerons la saison avec lui, la réponse est oui. Ce n’est sûrement pas le moment de créer la zizanie. Il est arrivé dans des conditions difficiles à la suite du départ de Marcelo (Bielsa) et je le remercie d’avoir accepté une mission qui ne s’annonçait pas simple".

Une fin de saison cruciale pour l'avenir

Un entraîneur qu’il dit lui aussi frustré mais il ne souhaite pas aller plus avant dans la critique alors qu’il reste encore 9 à 10 matches cette saison en fonction de la Coupe de France. "Les commentaires ne m’intéressent pas. J’ai besoin que mon coach mette tout en œuvre pour nous permettre de réaliser une bonne série. Je compte sur lui pour remobiliser l’équipe plus que jamais. C’est maintenant qu’il doit montrer à tout le monde qu’il est l’homme de la situation", affirme-t-il. 

Pour ce faire, l’OM doit montrer le même mordant que face à Bilbao ou au PSG pour exister durant cette fin de saison. C’est un préambule nécessaire pour mettre fin à l’incroyable série au Vélodrome. La pression est forte pour le président conscient des enjeux économiques qui pèsent sur le club. Car au-delà des résultats actuels, le classement final en cette fin de saison influera également sur l’avenir à court terme. Sans un sursaut immédiat, la punition sera double.


>