Ligue 1 : La vente de l'OL une nouvelle fois reportée

Panoramic

L'annonce de la finalisation de cette opération valorisée à 800 millions d'euros environ, pour laquelle des négociations exclusives ont été engagées en juin dernier, a déjà été différée à deux reprises, le 30 septembre, date initialement prévue, puis le 21 octobre. Selon une source proche du club de football, les discussions se poursuivent et on reste optimiste sur leur issue. Déjà actionnaire majoritaire du club anglais de Crystal Palace, John Textor doit notamment obtenir une autorisation de la Premier League, qui organise le championnat d'Angleterre de première division, et ce document n'aurait pas encore été reçu par les juristes. L'homme d'affaires américain est déjà passé avec succès devant la Direction nationale de contrôle de gestion (DNCG), le gendarme financier du football français.

Textor, via la holding Eagle Football, doit acquérir la totalité des actions et la moitié des Osranes (obligations convertibles en actions émises pour financer la construction du Groupama Stadium) détenues par Holnest, la holding de la famille du président Jean-Michel Aulas (27,7% du capital).  S'ajoute à cette opération la totalité des actions et des Osranes détenues par Pathé (19,3%) et le fonds d'investissement chinois IDG Capitals (19,8%), qui avaient annoncé le 9 mars dernier vouloir céder leurs parts. OL Groupe avait demandé mercredi soir la suspension de la cotation des actions et des Osranes à compter de l'ouverture des marches ce jeudi "dans l'attente de la publication d'un communiqué de presse relatif à l'opération avec Eagle Football" sans préciser de date précise quant à sa diffusion. A la clôture mercredi, l'action affichait une valeur de 2,79 euros, en baisse de 0,20 euros (-0,71%).


>