Ligue 1 : La patte Pochettino attendue

Reuters

Ce samedi contre l'US Orléans (National), pour son quatrième match de préparation, le Paris Saint-Germain va tenter de monter en régime alors que la saison de Ligue 1 débutera officiellement dans quinze jours. Pour le moment, le club de la capitale compte deux victoires (contre Le Mans et Augsbourg) et un match nul contre le FC Chambly mais une partie des titulaires supposés n'a pas participé à la moindre rencontre. Selon toute vraisemblance ce samedi soir, la donne ne devrait pas trop évoluer même si deux éléments devraient être présents : Ander Herrera et Achraf Hakimi. Le premier n'était pas des précédents voyages et vient tout juste de réintégrer l'entraînement collectif. Quant au second, il a été testé positif au Covid-19 il y a huit jours puis négatif presque dans la foulée.

Après une mi-temps contre Le Mans, le latéral droit devrait faire son retour dans le groupe parisien. Sans Sergio Ramos, Kylian Mbappé, Danilo Pereira ou encore Georginio Wijnaldum mais peut-être avec Layvin Kurzawa, Mauricio Pochettino doit une nouvelle fois compter sur un groupe limité mais avec des jeunes prometteurs pour cette préparation. Alors que les Sud-Américains et les Italiens doivent rentrer de vacances le 2 août, un sacré chantier attend le technicien argentin pour stabiliser et homogénéiser son groupe. Recruté à Noël dernier pour remplacer Thomas Tuchel, l'ancien entraîneur de Tottenham n'a pas pu correctement dessiner son effectif en amont. Pour la saison à venir, la donne est différente et le mercato ingénieux du PSG peut en faire saliver plus d'un. Reste à savoir maintenant comment magnifier cet effectif all-stars.


Gestion, discussion et esprit collectif

Plus que l'an passé ou plutôt la demi-année passée sous l'ère Pochettino, l'Argentin va devoir utiliser sa science de la communication à son maximum pour se faire entendre au sein d'un vestiaire de stars. Expliquer les consignes attendues, faire comprendre ses choix tactiques, gérer les frustrations seront autant de points sur lesquels il faudra insister. Les arrivées de Donnarumma, Ramos, Hakimi, Wijnaldum ont amené un énorme potentiel supplémentaire mais cela nécessitera de faire des choix au moment de composer le onze de départ et de les expliquer à ses protégés. « La chose la plus importante, bien au-delà des considérations tactiques, c’est que nous devons être une équipe agressive, dominante, qui joue dans la moitié adverse, expliquait récemment le technicien au média du club. Cela va bien au-delà du système défensif que nous pouvons adopter. Pour moi, c’est clair, l'animation offensive doit être la priorité, car nous nous devons de dominer l’équipe en face. Je pense que ce que nous recherchons en premier, c’est la capacité des joueurs à avoir cette connexion sur le terrain, quel que soit le style de jeu que nous adoptons. Mais nous devons être clairs sur le fait que la mentalité, l’envie d'attaquer et d’avoir le contrôle des matches, sera toujours l'objectif numéro un au Paris Saint-Germain. »

Ça a pu faire défaut l'an passé, Mauricio Pochettino peut faire progresser son groupe dans la gestion des temps faibles et l'approche mentale d'une rencontre. Trop de fois par le passé et même si cela s'est atténué depuis l'arrivée de Pochettino, le PSG était moins à l'aise lorsqu'il avait moins le ballon ou subissait plusieurs occasions jusqu'à faire des erreurs plus ou moins payées cash. L'ancien joueur du club aura là pour mission de désamorcer le processus de panique dès les premiers symptômes pour ramener de la sérénité, de la coordination et de l'esprit collectif pour renverser n'importe quel type de matchs. Avec l'expérience apportée par les nouveaux arrivants, il devrait pouvoir y arriver. Après avoir prolongé son contrat jusqu'en 2023 vendredi, il a en partie, les cartes en main.


>