Ligue 1: Cheick Doucouré, le discret et précieux milieu de Lens

Panoramic

Doucouré fait partie de ces travailleurs de l'ombre au sein d'un entrejeu qui ne laisse guère place à la lumière. Le jeune milieu Sang et Or s'en accommode et poursuit sa progression, enchaînant les rencontres depuis plusieurs saisons, et gravissant les échelons un à un. "Je pense que je m'affirme beaucoup plus. Avant, j'étais plutôt calme. Je ne parlais pas. Au début de saison, j'ai bien discuté avec le coach, qui m'a demandé de m'affirmer. Je pense avoir beaucoup progressé sur ce point", a-t-il confié le mois dernier en conférence de presse. Avec déjà 108 matches au compteur avec le Racing, soit le deuxième meilleur total dans l'effectif lensois actuel, le Malien prend une nouvelle dimension, au fur et à mesure que les rencontres se succèdent. Pour le plus grand bonheur de Franck Haise, son entraîneur.

"Un bagage extrêmement complet"


"Il a progressé à tous les niveaux, très sincèrement, que ce soit dans la lecture des situations, l’équilibre d'équipe, les sorties de balle. Il avait un point fort à la récupération et il continue à l'enrichir. Je trouve surtout qu'il progresse dans la volonté de verticaliser, des passes qui cassent les lignes, éliminent les joueurs et c'est quelque chose que je lui demande. Il commence à avoir un bagage extrêmement complet." Mieux, Cheick Doucouré fait aussi profiter de sa belle frappe de balle. Ainsi, il s'est offert le luxe de marquer à 7 reprises sous le maillot artésien, dont 6 fois depuis l'extérieur de la surface. Preuve de sa capacité à provoquer et d'un certain talent dans le dernier geste. Et ce, même si son rôle aux côtés de Seko Fofana se veut peut-être un peu plus défensif.

"Il percute et se projette beaucoup donc il faut quelqu'un qui gère les équilibres. C'est mon rôle, je pense que je le fais très bien et ça permet à l'équipe de garder un point d'équilibre", a expliqué le natif de Bamako. Un équilibre qui sera une fois encore recherché face à l'armada du PSG, samedi dans le chaudron de Bollaert. D'autant plus dans une période assez délicate pour le bloc d’un Lens mis à mal depuis la dernière trêve internationale. Le pressing est moins performant et la récupération moins probante. Avant de manquer le déplacement à Nantes pour cause de suspension (accumulation d'avertissements), Doucouré se verrait assurément bien faire douter l’ogre parisien. Et peut-être faire parler encore un peu plus de lui, même si ce n’est décidément pas dans son tempérament. "Tôt ou tard, ça parlera de moi et le plus important est de faire mes matches", assure le Malien. De l'ombre à la lumière, il n'y a parfois qu'une simple mèche à allumer...


>