Ligue 1: Benedetto, le coup de la panne ?

Reuters

Victoire obligatoire ! Le premier but de "Pipa" cette saison aiderait Marseille à se débarrasser du mistigri à domicile: deux défaites et deux nuls, à cheval sur deux saisons. "Il a eu un but annulé à Paris qui était totalement valable, avec ce but, vous n'auriez pas eu besoin de poser cette question" sur l'inefficacité du buteur argentin, répond André Villas-Boas. "Moi je suis patient", ajoute l'entraîneur portugais, appelant à la mesure. "Typiquement, à Marseille on passe de très bon à de la merde (très vite, ndlr), c'est toujours comme ça", ajoute "AVB" le polyglotte.

Après tout "Pipa", 30 ans, est encore loin de la crise, il n'a pas marqué en deux matches et demi. Il était remplaçant à Paris (victoire 1-0) et suspendu pour la défaite contre Saint-Étienne (2-0) après son rouge au Parc. Mais à l'OM, la devise est "Droit au but", et on y révère les attaquants. Jean-Pierre Papin meuble toujours les souvenirs, Didier Drogba a laissé une forte empreinte en une seule saison...

"On joue mal en ce moment"

Gunnar Anderson, le buteur des années 1950, est toujours un légende (192 buts pour l'OM!), en témoigne le succès de l'appel à contribution sur les réseaux sociaux pour financer un documentaire sur le mythe suédois, mort dans la misère après avoir ébloui le Vélodrome. Benedetto, international (5 matches, 0 but avec l'Argentine), sent le foot et a des éclairs de génie, mais il n'est pas le "grantattakan" rêvé. "Il n'a pas eu beaucoup d'occasions parce qu'on a mal joué contre Lille, on n'avait pas trop de ballons à lui donner, argue le coach. A Brest (victoire 3-2), il a mieux joué."C'est tout un collectif qui va permettre à Dario de marquer", enchaîne Morgan Sanson.

"On est un peu sous pression, tout devient négatif"

Villas-Boas

Placé un peu plus haut sur le terrain pour jouer derrière Benedetto, dans un 4-2-3-1 légèrement différent du 4-3-3 habituel, "Morgie" est censé alimenter l'Argentin. "Pour un attaquant, c'est compliqué de mettre les buts tout seul, les joueurs doivent lui apporter le ballon", plaide Sanson. Villas-Boas aussi étend les difficultés à toute son équipe, et n'oublie pas que Pipa n'est pas le seul incriminé: "On est un peu sous pression, tout devient négatif, les bons joueurs sont mauvais, l'entraineur est un désastre..."

AVB ne se cache pas sur les dernières sorties. "Contre Lille, notre performance est mauvaise, c'est clair, on n'a pas bien joué au ballon. On joue mal en ce moment, on perd trop de ballons, on doit améliorer", énumère-t-il.

Luis Henrique, pas un concurrent

Mais le Portugais, qui est allé chercher le joueur l'an dernier à Boca Juniors, ne s'affole pas. Il rappelle que la saison dernière Benedetto était en route vers son objectif de 15 buts, avec 11 buts marqués en 28 matches, avant l'arrêt imposé par le Covid-19. L'Argentin multi-tatoué reste le N.1. Si l'OM a cherché un renfort en attaque, sa trouvaille du mercato, le jeune Brésilien Luis Henrique (18 ans), ne vient pas comme un concurrent mais un joueur sur lequel AVB et l'OM veulent "travailler".

Benedetto a déjà vécu des séries sans claquer la saison dernière. "Quand je ne marque pas, je joue pour l'équipe et j'essaie de rester calme, at-il expliqué. Des fois la balle ne veut pas rentrer..." Et des fois elle veut: il avait signé un triplé à Nîmes (3-2) peu avant le confinement.

"C'est un super joueur, on a l'impression qu'on ne l'a pas vu du match et il met trois buts, a raconté le Crocodile Renaud Ripart. C'est le type renard des surfaces." "Vous vous rappelez que la saison dernière, avant son triplé à Nîmes, on était sur le même discours: il est nul, il n'arrive à rien, c'est un désastre", rembobine Villas-Boas. "Il n'y a pas de nouveauté de ce côté là, persifle le technicien. L'unique chose qui ne change pas, c'est la confiance du coach en lui, sa confiance en lui-même".

Luis Henrique, Álvaro-Neymar, le mercato... Le best-of de la conf' d'AVB :