Ligue 1 : après les éclipses, Golovin enfin brillant avec Monaco ?

Reuters

Buteur à Nice (2-2) dimanche, dans un derby où Monaco s'est rassuré sans pour autant avoir rattrapé son déficit de points, Golovin (25 ans) semble enfin devenir essentiel en Principauté. Il était temps ! Car l'ancienne star du CSKA Moscou débute déjà sa quatrième saison sur le Rocher, où il est sous contrat jusqu'en juin 2023. Il vient même d'y franchir les 100 matches disputés (15 buts, 19 passes décisives), toutes compétitions confondues.

"C'est une forme de réussite personnelle, reconnaît-il. Mais je sais que je dois faire plus. J'aspire à être un leader sur et hors du terrain." Jusqu'en début d'année 2021, il avait, depuis son arrivée, alterné quelques rares fulgurances, parfois géniales, et de longues périodes de blessures ou de remise à niveau physique. Si son talent individuel a toujours été vanté, ses statistiques ont été faméliques : 7 buts et 7 passes décisives entre juin 2018 et décembre 2020.

 

"Une assurance pour nous"

 

Mais depuis son retour à la compétition en janvier, après un grave claquage à une cuisse subi lors de la 2e journée, la saison dernière à Metz, il est transfiguré. L'encadrement médical et sportif de Monaco a tout mis en oeuvre pour qu'il revienne au plus haut niveau. Après avoir connu des heures sombres et avoir été touché par le Covid-19 en avril, Golovin s'est relevé plus fort. Aujourd'hui, sa capacité de courses à haute intensité impressionne, sa qualité de frappe est restée la même, son aisance technique s'est renforcée.

"Golo fait beaucoup de matches mais est très bien préparé et gère bien le rythme, assure l'entraineur monégasque Niko Kovac. Il est une assurance pour nous. Après sa blessure, on l'a bien vu! Il a mené le jeu. C'est un joueur très important pour nous." Comme il combine enfin faculté à offrir des passes décisives et capacité à marquer, il est devenu très complet.

 

 

"Je m'épuisais"

 

"Mon jeu a changé avec ce coach, explique le Russe. Je suis plus proche du but adverse. Avant, je courais beaucoup plus au milieu, je m'épuisais. Maintenant, j'apporte plus de profondeur à mon jeu." Sur une demi-saison de L1 en 2020-2021, il a inscrit cinq buts et assuré neuf passes décisives pour signer ce qui reste à ses yeux sa "meilleure saison". Depuis août, même s'il n'a disputé que deux matches de L1 comme titulaire (suspendu après avoir été exclu contre Lens lors de la 3e journée, et blessé de retour de sélection), il est reparti sur des bases similaires. Ses deux buts et deux passes décisives portent ses statistiques à 8 buts et 12 passes décisives depuis janvier. Et à chaque fois, c'est important. Comme sa passe pour Krepin Diatta, jeudi contre Graz (1-0), peu de temps après son entrée en jeu. Monaco, dominateur, ne parvenait pas à faire la différence.

C'est justement ce qu'attend de lui son entraîneur. "Je lui ai dit qu'il devait marquer plus, faire plus de passes, montrer ses qualités, explique Kovac. Je le pousse à aller dans la surface. A son âge, il doit désormais marquer 10 buts et faire 10 passes par saison. Je lui mets pas la pression. Mais il a les qualités pour le faire. Il aidera ainsi le club et s'aidera lui-même." Superstar en Russie, "où il y a beaucoup d'attentes médiatiques", Golovin sait qu'il doit encore "forcer son caractère pour devenir plus leader". Kovac le décrit "comme introverti". "Mais ça peut être une qualité aussi, conclut l'entraîneur monégasque. Il ne se prend pas pour un autre."


>