Le bilan espagnol de Kevin Gameiro

Reuters

Et treize ans plus tard, comme si de rien n'était, Kévin Gameiro retrouve l'Alsace et son fief de Strasbourg, prêt à porter les couleurs du RCSA. La présentation de l'attaquant français a donné un coup de vieux à ceux qui ont assisté à son éveil, entre 2005 et 2008. Tout frêle à 21 ans au moment de quitter son club formateur pour rejoindre le FC Lorient, l'homme a bien changé en 2021. Le corps est plus sculpté, la voix est plus grave mais le visage souriant, presque enfantin est resté.

« Si je reviens, c'est que j'ai encore beaucoup de choses à apprendre de ce championnat (Ligue 1) assurait l'ancien Lorientais. On peut toujours progresser quand on a soif d'apprendre. J'espère pouvoir refaire de belles choses. Est-ce que je suis aussi rapide ? Je ne sais pas, mais peut-être plus malin ! J'ai toujours les mêmes qualités. Je ne suis pas encore en préretraite. J'insiste car certains le pensent peut-être. Mais, si je suis là, c'est que je veux prendre du plaisir et continuer à marquer pendant encore deux ou trois ans. Et montrer à tous les Alsaciens qu'ils peuvent toujours compter sur moi. » Et il faut dire que l'armoire à trophées de l'ancien international tricolore (13 sélections) s'est nettement garnie depuis son départ d'Alsace car après des piges à Lorient et au Paris Saint-Germain, c'est en Espagne que l'attaquant a connu ses plus belles années.



Transféré en 2013 à Séville pour 10 millions d'euros, Kévin Gameiro y apprend la vitesse, la technique et les autres rouages du championnat d'Espagne. Malgré une légère blessure lors du premier entraînement, l'avant-centre inscrit ses deux premiers buts dès la troisième journée. Au total, le Français marque 21 fois pour 4 passes décisives en 49 rencontres. Il offre même la victoire en finale de la Ligue Europa en tirant le tir au but vainqueur contre le Benfica. C'est d'ailleurs à ce moment-là, que la razzia du club andalou en C3 démarre puisque Séville et Gameiro remportent le trophée trois fois de suite. Joueur intelligent, tactique et vif, le Français témoigne d'une belle régularité qui lui permet de disputer 145 matchs (67 buts, 17 passes décisives) avec Séville auquel on peut ajouter une finale de la Coupe d'Espagne en 2016 en plus des trois coupes d'Europe.

Trois ans après son arrivée en terres ibériques, l'Atlético Madrid l'engage pour 32 millions d'euros. En deux ans avec la formation de Diego Simeone, le Français marque respectivement 16 et 11 buts et remplit très bien son rôle de « supersub ». Pour couronner le tout, Kévin Gameiro glane une quatrième Ligue Europa à la fin de la saison. Pas rassasié par la Liga, le natif de Senlis dans l'Oise s'engage avec le Valence CF, un ultime voyage marqué par une Coupe d'Espagne en 2019 et plus d'une vingtaine de buts en un peu plus de 120 matchs avec la formation valencienne. De retour en France, Kévin Gameiro entend bien poursuivre sa dynamique de trophées.


>