Laurent Battles, prêt à faire briller Troyes

Les supporters de l'Estac ont poussé un ouf de soulagement en voyant Laurent Battles faire son apparition au centre d'entraînement de Troyes pour le début de la préparation. Surtout avant une saison qui s'annonce d'ores et déjà palpitante en Ligue 1. Il faut dire que le technicien de 45 ans, champion de Ligue 2 avec la formation de l'Aube, l'un des dix clubs du contingent « City Football Group » était très convoité à l'intersaison. Au point même de voir certains joueurs être plus ou moins inquiets de de l'avenir de l'ancien Stéphanois.

Convoité par Montpellier (Ligue 1) et Toulouse (Ligue 2), respectivement pour remplacer Michel Der Zakarian et Patrice Garande, Laurent Battles n'a rien laissé paraître et a poursuivi son travail de préparation du prochain exercice. « Je n'ai pas à en parler, a d'emblée prévenu le coach dans des propos rapportés par l'Équipe. J'ai deux ans de contrat et je n'ai pas à commenter tout ce qui se dit. Dans le foot, un jour on est là, le lendemain on n'y est pas. Mais, aujourd'hui, je suis très bien ici. Je ne vois pas pourquoi je n'y serais pas. » Il faut dire que l'ancien joueur professionnel a fait un très bon travail pour sa première véritable expérience de coach chez les professionnels. Entraîneur adjoint de Christophe Galtier lors de la saison 2014-2015 à Saint-Étienne, le technicien a ensuite pris en main la réserve des Verts en N3 avant de répondre par l'affirmative à la demande de Troyes en 2019. Dans l'Aube, Laurent Battles a peu à peu mis en place sa marque de fabrique dans un système en 3-4-3 où il s'est aussi distingué par des coups tactiques intéressants. Après l'arrêt des compétitions en 2020 au moment où l'Estac était quatrième et barragiste, l'année suivante était finalement la bonne avec cinq points d'avance sur son dauphin Clermont.
 

Le vivier City Group


Revenu dans l'élite trois ans après, Troyes compte bien s'installer dans la durée en Ligue 1 et son coach avec. L'ex Stéphanois, sous contrat jusqu'en 2023, s'est donc déjà penché sur le mercato. Après une défaite en amical contre Metz (1-2), le natif de Nantes a glissé un mot à ce propos : « En espérant que certains joueurs (recrues) arrivent... De toute façon, les joueurs ne seront pas prêts. On fera ce qu'on peut, avec les moyens qu'on a. Je sens une équipe qui a besoin de travailler, de trouver des automatismes. Il va falloir trouver des solutions et faire avec l'effectif actuel. Vous savez ce que j'en pense : j'attendais 8 à 10 recrues. On va avancer. Mais on est loin de doubler les postes actuellement. Je m'adapte et on verra comment ça évoluera. »

Pour le moment, l'Estac a accueilli cinq joueurs : Renaud Ripart (Nîmes), Yasser Larouci (Liverpool), Jessy Moulin (Saint-Etienne), l'espoir Brésilien Metinho et Issa Kaboré, prêté par Manchester City. Chose rare pour un promu, la présence de Troyes au sein de City Football Group lui permet de ne pas être dans l'obligation de vendre ses meilleurs joueurs à l'intersaison. Avec cette marge de manœuvre supplémentaire, Laurent Battles peut bâtir un groupe très intéressant pour correspondre à ses principes de jeu offensif et basés sur la possession de balle. De bon augure pour la suite.


>