L'AC Ajaccio mise sur sa défense et son recrutement pour se maintenir en Ligue 1

Panoramic

Le club ajaccien retrouve l'élite huit ans après l'avoir quittée. La troisième accession pour l'entraîneur Olivier Pantaloni, déjà de la partie en tant qu'adjoint en 2002 et sur le banc en 2011. "Le football a beaucoup évolué depuis cette période, le rachat de certains clubs par des investisseurs étrangers rehausse le niveau de la Ligue 1. Il est autrement plus élevé qu'en 2011", souligne le coach des Rouge et Blanc.

Une tâche donc beaucoup plus délicate qu'elle ne l'était à l'époque attend les Ajacciens cette saison, de surcroît avec quatre relégations en juin prochain. Pour autant, le staff a travaillé dans la sérénité, sans folie en termes de recrutement. Le club corse veut s'appuyer, dans un premier temps, sur les deux axes qui ont fait sa force la saison passée : sa défense (seulement 19 buts encaissés, record en L2) et son état d'esprit.

 

"Difficile mais pas insurmontable"

Trois nouveaux visages viendront étoffer le groupe comme Thomas Mangani, (35 ans, près de 400 matches en pro). "Je suis là pour apporter mon expérience et contribuer à assurer le maintien. On peut le faire", a confié ce joueur formé à Monaco qui avait fait ses débuts à Ajaccio en 2007, à 20 ans. Aux côtés de l'ex-Angevin, Romain Hamouma, 35 ans, apportera aussi son expérience avec dix saisons consécutives chez les Verts et plus de 400 matches en pro. Il a décliné l'offre des Verts pour tenter l'aventure avec l'ACA. "Je voulais passer à autre chose après trois années difficiles avec l'ASSE. Mais je ne suis pas venu en pré-retraite ! Je compte bien apporter ma pierre au projet ajaccien", a-t-il promis. 

Enfin, Mickaël Alphonse, défenseur expérimenté passé notamment par Dijon, vient renforcer ce secteur surtout après le départ de Gédéon Kalulu. "On a fait le choix de l'expérience, on n'avait pas le droit de se tromper. Ce sont des joueurs qui ont l'état d'esprit que nous recherchons. Il se sont vite adaptés au groupe", a souligné Pantaloni. Derrière ces joueurs expérimentés, l'ACA mise également sur la jeunesse. Un pari avec le Suisse Kevin Spadanuda, 25 ans, mais surtout un centre de formation très performant qui donne des résultats (les U19 quarts de finaliste de la coupe Gambardella et les U17 finalistes du championnat de France). 

Pour preuve, Yanis Cimignani (22 ans), Mounaïm El Idrissy (23 ans), Ismaël Diallo (25 ans), Vincent Marchetti (25 ans), Jean Botué (19 ans) ou le prometteur Tairyk Arconte (18 ans), tous pros, en sont issus. Deux autres jeunes prometteurs, le gardien Sacha Contena et le milieu de terrain Paolo Lebas, effectuent la préparation avec les pros. C'est sur cette osmose alliant jeunesse et expérience que l'ACA entend relever le défi du maintien. "Il faudra mettre quatre équipes derrière nous, souligne le coach, une tâche difficile mais pas insurmontable. Tout le monde nous condamne, cela nous enlève toute pression".


>