L1: Saint-Etienne pourra "mener cette saison à son terme" financièrement, assure son président exécutif

Panoramic

"La DNCG a validé le retournement de notre modèle sportif et économique au terme de la saison 2020-2021, mais nous avons encore cette saison une masse salariale en inadéquation avec nos revenus. Structurellement, le club génère donc encore des déficits", a expliqué Jean-François Soucasse dans un entretien accordé au quotidien La Tribune-Le Progrès. Mais "le club sera en capacité de mener cette saison à son terme", a affirmé le dirigeant stéphanois. "Quand vous ne vendez pas de joueur, que vous en prolongez certains et que vous recrutez, même si c'est de manière peu onéreuse, votre situation économique par définition ne s'améliore pas. Le déficit d'exploitation est encore significatif. Les contraintes que l'on a pour les dix mois à venir sont encore très fortes", a-t-il encore reconnu.

"S'il y avait eu des opportunités pour certains joueurs dans l'intérêt du club et du joueur, elles auraient été saisies. Elles ne se sont pas toujours présentées. Nous aurions pu transférer des joueurs majeurs du club qui ont fait l'objet d'offres. Les actionnaires ont fait le choix ambitieux de privilégier la performance sportive à des perspectives de plus-values économiques", a poursuivi Soucasse. Cet été, les Verts n'ont recruté que l'attaquant uruguayen Ignacio Ramirez sous la forme d'un prêt sans option d'achat en toute fin de mercato et refait signer un an Romain Hamouma (34 ans), qui arrivait en fin de contrat au 30 juin dernier. 

"Au terme de cette saison, seize joueurs seront en fin de contrat avec des salaires plus ou moins importants. Au 1er juillet 2022, le club aura alors une plus grande marge de manœuvre pour maîtriser sa masse salariale. En l'espace de dix-huit mois, nous l'aurons très significativement diminuée", a-t-il dit. Et "nos jeunes joueurs auront des contrats de longue durée représentant l'avenir du club".  Concernant la vente du club, Jean-François Soucasse est resté évasif, évoquant seulement "de nombreux candidats, des sérieux et des moins sérieux", que le cabinet KPMG, retenu pour assurer le processus de cession, se charge de sélectionner. 


>