L1 (J9) : Lens vient à bout de l'OL

Panoramic

Bien qu'ils soient appelés à nager dans les mêmes eaux, Lens et Lyon n'ont pas grand-chose en commun depuis plus de deux ans. Pendant que l'équipe de Franck Haise épate le petit monde de la Ligue 1 par son audace et ses classements flatteurs, l'OL déçoit, souvent, eu égard à son statut de mastodonte du championnat. Indécise et intrigante, l'affiche de ce dimanche soir avait de l'allure. Pour Lens, elle représentait une opportunité de rester à courte distance du podium, derrière les deux géants et une équipe de Lorient sensationnelle. Pour l'OL, elle revêtait une importance capitale après une série de trois revers consécutifs qui avaient secoué la maison lyonnaise pendant la trêve.
 

Peter Bosz devait d'ailleurs composer avec plusieurs absences notables, dont celles de Tolisso, Dembélé, Faivre ou des jeunes Lukeba et Gusto. Le technicien néerlandais avait fait le choix fort de titulariser Cherki dans un rôle de numéro 10 libre derrière Lacazette, comme pour faire écho à la sortie de l'international Espoir français, brillant avec les Bleuets et revendicatif ces derniers jours.

Lens n'a connu qu'une seule frayeur

Il n'a pas fallu attendre longtemps pour mesurer l'intensité de ce rapport de force. Emmenés par l'inamovible Fofana, les Lensois ont encore été portés par leur enthousiasme, dans l’atmosphère fantastique de Bollaert. Ils auraient néanmoins pu se faire surprendre contre le cours du jeu, lorsque Lacazette a déclenché une frappe sèche qui s'est écrasée sur le poteau à la demi-heure de jeu (27e). Un petit tournant, assurément. Parce que les hommes de Franck Haise ont su trouver un second souffle pour accélérer après la mi-temps, après que Lopes se soit interposé sur une première tentative de Medina (38e).

S'il fallait ressortir un Lyonnais, l'explosif portier portugais décrocherait encore la palme, ce qui dit tout des difficultés de cet OL en ce moment. Lopes a multiplié les prouesses pour retarder l'échéance. Face à Openda, notamment, qui l'a inquiété à plusieurs reprises (46e, 60e), ou encore Claude-Maurice, avec un réflexe étonnant sur sa ligne (76e). Et quand il n'a pas brillé de lui-même, le gardien des Gones a été sauvé par son montant, comme sur ce tir puissant de Cabot (75e). Une action sur laquelle il a affiché une colère froide à l'égard de sa défense. Comme pour rappeler que l'étau se resserrait.

L'OL ne répond plus

Lyon a donc fini par craquer, sans surprise, et l'unique regret concernera peut-être la manière - un penalty évitable. Thiago Mendes, si brillant contre le PSG, a été moins en réussite en provoquant un penalty décisif suite à une main dans la surface sanctionnée. Un penalty que Sotoca s'est chargé de transformer avec autorité (1-0, 82e). Au courage, les Sang et Or ont conservé ce court mais si précieux avantage. Du travail bien fait pour une équipe sûre de ses qualités. Lyon, qui n'aura pas cadré un seul tir, est complètement à l'arrêt.

 


>