L1 (J4) : Metz domine Reims en toute fin de match

Mission réussie pour Metz. Après s’être inclinés à Saint-Symphorien contre Monaco, puis à Lille et ce mercredi sur le terrain du PSG à l’issue d’un dénouement cruel, les Messins souhaitaient que la réussite penche de leur côté pour lancer leur saison. La réception de Rémois décevants en championnat (1 nul, 2 défaites) et qui s’étaient déplacés jeudi à Genève pour la Ligue Europa leur a offert cette occasion (2-1). Rentrés seulement vendredi midi de Suisse, les visiteurs subissaient la furia lorraine dans les dix premières minutes.

Si la première situation chaude était pour les Rémois et Arbër Zeneli, qui enroulait de l’entrée de la surface mais buttait sur Alexandre Oukidja à la 10eme, les Messins ouvraient le score à la suite d’une obstruction de Yunis Abdelhamid, dépassé par les canes de Fabien Centonze le long de la touche. A la 18eme, Farid Boulaya déposait le coup-franc obtenu devant la cage, où Ibrahima Niane (1m87) profitait d’être marqué par Ghislain Konan (1m76) pour catapulter le ballon entre les gants de Pedrag Rajkovic. Bloqué à 0 jusque-là, le compteur de buts était désormais ouvert ! Les visiteurs voulaient réagir et cherchaient à fissurer le bloc lorrain, sans réussite… jusqu’à la 41eme et une ouverture délicieuse de Valon Berisha dans la surface.

À 10, les Rémois plient et finissent par rompre


Dépassé, Matthieu Udol attrapait la cheville de Mathieu Cafaro, et M.Hamel désignait le petit rond blanc. Sous-alimenté en bons ballons jusque-là, Boulaye Dia prenait Oukidja à contre-pied avec maîtrise et sang-froid. A la pause, le partage des points était logique entre deux formations de bas de tableau au jeu séduisant et plein d’intensité. Le tournant du match intervenait peu après la reprise, quand Marshall Munetsi, enrhumé par Niane, faisait tomber l’attaquant sénégalais en position de dernier défenseur. Sans tergiverser, M.Hamel sortait le rouge et les Grenats se retrouvaient en supériorité numérique.

Intelligemment, ils exploitaient alors toute la largeur du terrain. Udol, Centonze et Boulaya enchaînaient les centres. Défendant en reculant, les Champenois ne voyaient plus le ballon et tiraient la langue, mais leurs hôtes manquaient de précision dans la zone de vérité. Si, à la 65eme, Dario Maresic enlevait du bout du pied le ballon du doublé à Niane, le Sénégalais savait patienter jusqu’à la 88eme. Papa Yade, qui venait de remplacer Nguette, prenait le meilleur sur Foket et adressait un excellent centre au sol. A l’angle des 5,50, Niane faussait compagnie à Abdelhamid puis terminait le travail à bout portant. Saint-Symphorien exultait, Rajkovic avait le regard noir. Metz sort de la zone de relégation et y plonge Reims.