L1 (J4) : Brest s'en sort face à Lorient

Vainqueur à Dijon la semaine dernière, Brest a réussi la passe de deux ce dimanche et décroche sa première victoire de la saison à domicile. Une victoire qui a pris forme en fin de première période avec deux buts inscrits coup sur coup par Perraud (30eme) puis Mounié (32eme), avant de prendre une forme définitive lorsque Cardona a redonné deux buts d'écart à sa formation (62eme). Après une entame de championnat ratée avec deux défaites et sept buts encaissés, Brest retrouve provisoirement la première partie de tableau avec une 9eme place.

Perraud l'atout majeur 


Menaçant en début de partie, Brest n'arrivait pas pour autant à matérialiser sa domination au tableau d'affichage. Pis, les locaux auraient pu être menés au score si Wissa n'avait pas raté le cadre lors de son face à face contre Larsonneur. Cette chaude alerte a eu le mérite de galvaniser Brest puisque quelques poignées de seconde plus tard, Perraud reprenait victorieusement du gauche un centre venu de la droite de Faussurier (30eme).

Buteur inaugural de ce derby breton, Perraud s'est ensuite mué en passeur à peine deux minutes plus tard pour Mounié qui catapultait de la tête le centre de son latéral gauche dans le but d'un Nardi impuissant (32eme). Bien que touché par ses deux buts proches dans le temps, Lorient s'est relancé au score avec la complicité d'Hérelle qui a marqué de la tête contre son camp (34eme) !

Lorient puni par Honorat

Animé de bonnes intentions au retour de la pause, Lorient a fait le siège du but adverse mais est tombé sur un Larsonneur des grands jours. Ce manque de réalisme allait prendre toute son importance lorsque Brest allait augmenter son écart sur une contre-attaque grâce à l'entrant Honorat qui allait justifier la confiance de son entraîneur avec une belle volée (62eme). Atteint par ce troisième but, Lorient va certes réduire de nouveau le score en toute fin de match par Monconduit (92eme) mais le mal était fait. Battu pour la troisième fois en quatre rencontres de Ligue 1, 16eme au classement provisoire, le promu merlu fait son dur apprentissage dans l'élite où le réalisme offensif est indispensable pour y rester.