L1 (J36) : Nantes prolonge la fête contre Rennes

Panoramic

Antoine Kombouaré avait laissé la plupart des héros de samedi sur le banc, ou au repos. Emoussés, Nicolas Pallois, Jean-Charles Castelletto, Samuel Moutoussamy et Ludovic Blas peinaient à faire les efforts face à des visiteurs très en verve collectivement. Nullement intimidés par l’ambiance bouillante de La Beaujoire, les protégés de Bruno Genesio ont rapidement posé le pied sur le ballon, proposant d’admirables séquences collectives. Très dangereux dans ses centres, Benjamin Bourigeaud voyait son troisième caviar aller au fond à la 32eme, après un tacle de Moutoussamy dans les pieds de l’un de ses coéquipiers. Martin Terrier en profitait pour décaler le « Beckham rennais », dont l’offrande au sol était parfaitement exploitée par Flavien Tait. En première intention, celui qui s’apprête à prolonger dans l’Ille-et-Vilaine a croisé de l’intérieur du pied, battant Alban Lafont sur la gauche.

Les Canaris proches du coup de grisou…

Dix minutes plus tard, le dernier rempart nantais a dû chasser de son soupirail droit une belle frappe sèche de Martin Terrier, qui avait pris sa chance des 22 mètres plein axe sur un pas. Les Nantais souffraient, mais juste avant la pause, Osman Bukari, l’un des coiffeurs d’Antoine Kombouaré, a gagné son duel contre Adrien Truffert et Jonas Martin pour aller centrer fort devant la cage. Habituel remplaçant lui aussi, Kalifa Coulibaly a poussé de la cuisse au second poteau pour remplumer les Canaris. 1-1 à la mi-temps, les Nantais s’en sortaient très bien !

Bruno Genesio faisait trembler les murs du vestiaire, et les Rouge et Noir repartaient avec l’intention de reprendre la mène au plus vite dans ce derby de l’Ouest disputé face un adversaire dans le contrecoup de sa victoire en Coupe de France. Dès la 47eme, Lafont a refusé le doublé à Tait, auteur d’une frappe vicieuse de l’arc de cercle. Dix minutes plus tard, le gardien nantais était battu sur la frappe du milieu rennais consécutive à une superbe action collective en une touche, mais le cadre se dérobait d’un cheveu.

 

Pallois, héros de La Beaujoire

Peu après l’heure de jeu, Lafont est parti à la pêche sur un corner venu de la gauche, mais Gaëtan Laborde, esseulé au second poteau, envoyait sa semelle juste à côté de la cage vide. La chance des visiteurs était passée, pas celle des locaux, qui allaient la provoquer par le biais de l’inévitable Nicolas Pallois. A la 71eme, suite à un corner joué à deux côté gauche, Blas a éliminé Tait et centré sortant vers le second poteau. Monté aux avant-postes sur le coup de pied de coin, le rugueux défenseur a vu le ballon lui arriver et préparé sa reprise en s'équilibrant parfaitement.

Clinique, sa volée croisée a fait chavirer les nombreux spectateurs, ravis du scénario et promptes à chanter à la gloire du Bruce Willis local. Bruno Genesio a eu beau faire ses cinq changements, cette seconde réalisation nantaise avait éteint le temps fort et l’enthousiasme de ses joueurs. Après la Coupe de France, les Canaris – pourtant en panne de jambes et de sommeil – bissent dans le derby de l’Ouest et entrent dans le Top 10, tandis que les Rouge et Noir ont probablement dit adieu au podium.

 


>