L1 (J36) : A Dijon, Angers valide officiellement son maintien

Malgré beaucoup d’absents, Angers n’a pas tremblé pour venir à bout d’une équipe de Dijon volontaire mais très brouillonne notamment offensivement. En marquant au début de chaque période par Angelo Fulgini (1-0, 6eme) et Saturnin Allagbé contre son camp (2-0, 49eme) puis par Lois Diony (3-0, 90eme) en toute fin de match, Angers a fait le job.

Fulgini revient et marque


Match quasiment sans enjeu entre Angers et Dijon même si les Angevins pouvaient assurer mathématiquement leur maintien en cas de succès, celui-ci ne faisant toutefois pas vraiment de doutes. Pour Dijon, la relégation est actée depuis plusieurs semaines et les Bourguignons voulaient simplement se faire plaisir en sauvant l’honneur. Dès le coup d’envoi, les Dijonnais ont pris la possession du ballon mais très rapidement ce sont les Angevins qui ont ouvert le score grâce au revenant de blessure, Angelo Fulgini (6eme, 1-0) mettant ainsi fin à la série de quatre matchs sans marquer du SCO. Bien en place défensivement et costaud dans les duels, Angers a parfaitement ensuite maitrisé les attaques dijonnaises trop stéréotypées pour inquiéter Paul Bernardoni qui n’a rien eu à faire en première période.

Bernardoni s’ennuie


Bis repetita dès le retour des vestiaires avec des Angevins qui sont parvenus rapidement à faire le break grâce à Farid El-Melali qui a trompé Saturnin Allagbé d’un centre-tir dans un angle fermé (2-0, 49eme). Le gardien dijonnais s’est mis le but lui-même. Peu de temps avant, Stéphane Bahoken pensait avoir trouvé la faille mais son but était refusé pour un hors-jeu in extremis (48eme). Le match tombait alors dans un faux rythme avec des changements à répétition et des Angevins qui faisaient tranquillement tourner le ballon. Les Dijonnais, eux, ne parvenaient pas à mettre en danger Paul Bernardoni qui a passé un après-midi très tranquille. En toute fin de match, l’ancien Bourguignon, Lois Diony corsait l’addition (60eme, 3-0). Avec ces trois points, Angers assure officiellement son maintien en Ligue 1 et va pouvoir maintenant aborder la fin de saison très sereinement avec deux matchs de galas au programme pour honorer Stéphane Moulin, avant son départ : un déplacement à Marseille puis la réception de Lille. Pour Dijon, le calvaire continue avec encore la réception de Nantes et un déplacement chez les Verts avant de penser à la Ligue 2.

 


>