Koscielny, leader discret des Girondins

Panoramic

Neuf années après avoir quitté l’Hexagone, à l’issue de sa seule saison en Ligue 1 (sous le maillot de Lorient), Laurent Koscielny est revenu dans le championnat de France l’été dernier, en rejoignant Bordeaux. Avec l'ex-Gunner (34 ans), les Girondins ont trouvé l’élément d’expérience qui manquait à leur défense. Et il a été l’un des principaux artisans de la bonne entame de saison de sa nouvelle équipe, avant de baisser de pied, lui aussi, lors d’une fin d’année 2019 conclue par quatre défaites de rang, dans une atmosphère tendue en raison du conflit entre les supporters et les propriétaires américains ainsi que la direction du club.

Ces supporters en colère, le joueur aux 51 sélections en équipe de France était allé à leur rencontre aux côtés, notamment, de Benoît Costil, et ce afin d’apaiser la situation lorsqu’ils avaient pénétré sur la pelouse du Matmut Atlantique et interrompu la rencontre face à Nîmes pendant près d’une demi-heure. Mais contrairement à l’ancien portier rennais, un capitaine qui n’hésite pas à ruer dans les brancards, le défenseur se fait généralement plus discret. A en croire un membre du staff bordelais, cité par 20minutes, Koscielny "ne parle pas forcément beaucoup. Mais quand il prend la parole, on l’écoute".

 

"Un joueur qui donne confiance"

"Si un joueur part dans la mauvaise direction, les cadres sont là pour le remettre dans le droit chemin avec nous", expliquait-il d’ailleurs en décembre à France Football, sans vouloir s’appesantir sur son rôle précis : "On a un rôle là-dedans. On est plusieurs à avoir un peu plus d'expérience que d'autres joueurs".

L’apport de celui qui avait dû déclarer forfait, la mort dans l’âme, pour la Coupe du monde 2018 en raison d’une rupture du tendon d’Achille, est toutefois indéniable, même s’il n’a pas encore marqué, en 25 matchs de Ligue 1. Il était pourtant passé tout près contre l’OL, avant que la VAR n’invalide son but pour une position de hors-jeu de quelques centimètres.

Ce n’est sans doute que partie remise pour le Corrézien, dont l’entraîneur, Paulo Sousa, n’avait pas manqué de souligner toute l’importance en conférence de presse fin février : "Laurent est un joueur qui donne confiance à ses partenaires. Il aide beaucoup et il est très expérimenté. Il apporte aussi de la stabilité mentale à l'équipe, notamment grâce à sa communication. Rien que sa présence donne une sécurité à la défense mais aussi à l'ensemble de l'équipe".