Igor Tudor : ''Je veux bien être de nouveau sifflé''

AI / Reuters / Panoramic

C'est peu dire qu'Igor Tudor ne s'en formalise pas. Ce jeudi, le nouvel entraîneur de l'OM a encore pris avec philosophie le désamour d'une partie du public marseillais à son encontre. Et comme après la première journée contre Reims (victoire 4-1), match lors duquel il avait été chahuté par les supporters pour sa première officielle à la tête des Ciel et Blanc, l'ancien coach de Vérone a affirmé aux journalistes qu'il était prêt à subir le même courroux samedi soir, à l'occasion de la réception du FC Nantes (21 heures).

Dans des paroles identiques à celles d'il y a onze jours, le technicien croate a d'abord répété : "Les supporters ont toujours raison. On joue pour eux." Avant de glisser avec un léger sourire : "Les sifflets nous ont porté chance contre Reims, donc je veux bien être de nouveau sifflé si on gagne derrière. L'important, c'est que les joueurs ne soient pas sifflés." Pour rappel, une partie des supporters marseillais reprochent au nouvel arrivant le traitement subi par Dimitri Payet et Bamba Dieng depuis son arrivée et plus globalement les accrochages qu'il a pu avoir avec son vestiaire lors de la préparation estivale.

"On a travaillé, pas plus, pas moins que d'autres équipes"

Interrogé justement sur ladite préparation, Tudor a totalement démenti appliquer des méthodes trop rudes. "C'était une préparation courte, plutôt normale de mon point de vue, a-t-il avancé. On a travaillé, pas plus ou pas moins que d’autres équipes. Je ne pense pas que c'était si épuisant que ça, mais c'était une préparation courte où on n'a pas fait autant de travail que j'aurais voulu. Beaucoup de joueurs sont arrivés au compte-goutte, pour certains ça a été juste une demi-préparation".

Philosophe et visiblement bien dans ses baskets, Igor Tudor s'est voulu par ailleurs positif concernant son groupe. "On a des choses à travailler mais je suis content de l'effectif que j'ai", a-t-il déclaré, lui qui va pouvoir compter sur son gardien Pau Lopez pour la première fois de la saison samedi et qui pourrait aligner d'entrée la recrue vedette de l'été Alexis Sanchez. "C'est sûr que Alexis, c'est un champion, se réjouit-il. Il a vraiment envie de bien faire, il est pas là pour s'amuser, il apporte beaucoup de sérieux. Je suis très content qu'il soit là, sa présence influence positivement l'équipe." Et bientôt les supporters ?


>