Garcia, une démission inenvisageable ?

Icon Sport

Pour l'heure, les rumeurs concernant les éventuels successeurs de Rudi Garcia ne sont pas encore sorties... Mais on imagine aisément qu'elles devraient poindre rapidement si d'aventure l'Olympique de Marseille ne gagne pas ses deux derniers matches de l'année, tout en en affichant un visage permettant enfin de faire au moins ressusciter l'optimisme sur le Vieux Port. Après le naufrage à domicile face à Limassol en Ligue Europa (1-3), les Ciel et Blanc ont rendez-vous avec Strasbourg au Vélodrome en Coupe de la Ligue mercredi prochain, pour ensuite se déplacer à Angers le samedi lors de la 19e levée de Ligue 1. Et c'est peu dire que c'est dans un contexte particulièrement tendu que Steve Mandanda et les siens devront préparer ces deux échéances.

Signe que la tension est omniprésente, c'est le gardien de but qui se présentera devant la presse mardi prochain, en compagnie du coach, avant d'affronter le collectif alsacien. Le champion du monde 2018, loin d'être irréprochable comme ses coéquipiers depuis l'entame de l'exercice en cours, aura pour mission de faire face. Rudi Garcia aussi, lui qui est désormais invectivé par le public du Vélodrome et dont le départ est ouvertement réclamé. Comment pourrait-il en être autrement lorsque l'équipe a déjà concédé onze défaites toutes compétitions confondues depuis l'entame de l'exercice en cours, après avoir aussi dépensé 65 millions d'euros pendant l'été pour des joueurs qui cirent le banc de touche ?

De nouvelles contre-performances lors des deux derniers rendez-vous de la saison pourraient-elles pousser l'intéressé à présenter sa démission en cette fin d'année 2018 ? A priori non, car celui qui a prolongé son contrat jusqu'en 2022 à la fin du mois d'octobre dernier n'a pas pour habitude de fonctionner de la sorte. "Il n'y a pas de débat là-dessus", avait éludé Dimitri Payet dans La Provence jeudi soir, au sortir de la défaite contre les Chypriotes. A Saint-Etienne en 2001, et à Rome en 2016, Rudi Garcia avait été viré. A Dijon en 2007, au Mans en 2008 puis à Lille en 2013, il était parti de lui-même en fin de saison pour relever un nouveau défi. Si l'OM ne veut plus de l'ancien Giallorosso, il faudra sans doute le démettre de ses fonctions et lui verser les indemnités en conséquence...