Ces stars qui ont fait un crochet par la Ligue 1 : Christian Vieri



Il rêvait de disputer une dernière grande compétition internationale. Mais Christian Vieri, venu à Monaco pour se relancer en janvier 2006, ne parviendra pas, quelques mois plus tard, à jouer la Coupe du monde, remportée par la Squadra Azzurra face aux Bleus. La faute à une blessure au genou gauche, lors d’un choc avec le Parisien Bernard Mendy, qui allait ruiner tous les espoirs de "Bobo". Sans cela, comme Marcelo Lippi le révèlera par la suite, il aurait été de l’aventure allemande, à la place de Filippo Inzaghi.

"Je sais encore marquer des buts"


De quoi susciter d’immenses regrets, pour un joueur qui espérait donc se refaire une santé en Principauté, alors qu’il était très peu utilisé au Milan. "Je suis prêt à relever ce défi. J'ai beaucoup d'expérience et je sais encore marquer des buts", expliquait l’attaquant italien, alors âgé de 32 ans. Au final, avant de se blesser fin mars face au PSG, Vieri compilera 11 matchs et 5 buts. 3 en Ligue 1 (en 7 matchs), dont dernier doublé de sa carrière, à Rennes, et deux autres, en 16e de finale de la Coupe de l’UEFA contre Bâle, et à Toulouse en quarts de finale de la Coupe de la Ligue.

Retour en Italie


Un bilan bien maigre pour celui qui est considéré comme l’un des meilleurs avant-centres de l’histoire du football italien. Monaco, avec deux autres Transalpins, l’entraîneur Francesco Guidolin, successeur en septembre de Didier Deschamps, et l’attaquant Marco Di Vaio, allait finir à une décevante 10e place de Ligue 1, et rater une qualification pour la Ligue des champions, deux ans après sa finale perdue face à Porto. Christian Vieri repartira lui en Italie, d’abord à l’Atalanta, puis à la Fiorentina, où il allait jouer les remplaçants de luxe et briller par intermittence, avant de terminer sa carrière à Bergame en 2009.