Blas s'est fait un nom

On ne va pas se mentir, et Ludovic Blas n'a d'ailleurs jamais cherché à le faire : l'arrivée d'Antoine Kombouaré sur le banc du FC Nantes en février, dans un premier temps, n'a pas ravi l'ancien Guingampais, qui n'entretenait pas d'excellents rapports avec le coach du côté de l'En Avant. Mais Blas a mûri. Et s'il a pris autant d'importance dans le jeu des Canaris, c'est aussi grâce à Kombouaré, qui ne lui a pas tenu rigueur d'un temps où le champion d'Europe U19 - en 2016, dans l'équipe de Kylian Mbappé - était tout juste majeur. Dès sa nomination, le technicien tournait la page : "Il a évolué, il a plus de maturité et il est responsable. Il sait que je vais l'attendre au tournant et que j'exige toujours plus. Je sais ce qu'il peut et ne peut pas faire."



Depuis, Blas a d'abord été un des hommes forts du maintien du FCN la saison dernière. Auteur d'un but dès la première victoire en barrages, à Toulouse (1-2), il avait déjà achevé l'exercice avec onze réalisations et quatre passes décisives, ce qui lui a valu d'être élu meilleur joueur du club. Et en ce début de saison 2021-2022, le voilà à cinq buts en dix journées, ce qui le place meilleur buteur de l'équipe - et lui a permis, aussi, d'entrer dans le top 20 historique nantais. Lui-même admet s'être "trouvé un rôle de leader, ou plutôt de copain qui parle et essaie d'aider tout le monde". Le voilà qui ajoute à ses qualités naturelles une vraie projection vers le but, aidé par la belle dynamique des Canaris, ce qui lui permet d'afficher ces statistiques de plus en plus gonflées.

Dès sa première saison à Nantes, il avait tout de même affiché une certaine consistance avec cinq buts en 24 matchs de Ligue 1, à seulement 22 ans. Des chiffres meilleurs que ceux de son époque guingampaise, où il jouait pourtant beaucoup mais n'avait jamais dépassé la barre des trois buts (un but en 2017, trois en 2018, un en 2019 avec cinq passes décisives en prime). Le bon Blas continue de parfaire son apprentissage et mérite d'être flatté : aucun attaquant du FC Nantes n'avait inscrit cinq buts en neuf journées depuis son prédécesseur serbe Filip Djordjevic en 2014. En rappelant que Blas n'est pas réellement un attaquant, puisqu'il joue plutôt en n°10 derrière Kolo Muani, la recette fonctionne donc à merveille.


>