A Paris, la défense n'y est plus

Panoramic

Dans la course au titre, le PSG a été abandonné par sa défense. En Ligue 1, le club de la capitale n'a pas réussi à garder sa cage inviolée depuis plus de deux mois. Une éternité quand dans le même temps, la rigueur lilloise et la solidité monégasque impressionnent. Lors de ses huit derniers matchs de championnat, l'arrière-garde parisienne a toujours craqué au moins une fois. Un véritable handicap.

Sur cette période qui est décisive, les hommes de Mauricio Pochettino n'ont que la huitième défense de Ligue 1 et ils ont amassé moins de points que Monaco, Lille et Rennes. Contre les Rennais ce dimanche, les errements de la défense parisienne ont été une nouvelle fois mis en évidence. Pour arrêter Jérémy Doku, Serhou Guirassy, Benjamin Bourigeaud et même Flavien Tait, il n'y avait que Keylor Navas. Le Costaricien a multiplié les parades. Une fois de plus. Pour endiguer les vagues bretonnes, le gardien du PSG a réalisé neuf arrêts. Il n'avait jamais été autant sollicité en Ligue 1 depuis son arrivée en France. Et cela prouve une fois de plus à quel point il est abandonné à son sort. Sans lui, Paris n'aurait peut-être même pas ramené un point du Roazhon Park et le titre aurait vraisemblablement été perdu depuis longtemps.

Pochettino : "Le titre n'est pas encore perdu"

 

Une fin de saison sans Presnel Kimpembe ?


A deux journées de la fin de la saison, la meilleure attaque du championnat pointe désormais à trois longueurs de la meilleure défense de la Ligue 1. C'est un véritable gouffre. Et pour le combler, Paris va certainement devoir faire sans Presnel Kimpembe. Expulsé à cinq minutes de la fin du match contre Rennes pour une grossière faute sur Jérémy Doku, il est le symbole d'un secteur défensif parisien loin d'être infaillible.

Capable d'être incroyablement solide dans les matchs importants, le vice-capitaine est aussi apparu plus nerveux qu'à son habitude. Son carton rouge vient souligner l'indiscipline des coéquipiers de Neymar. Avec 77 avertissements et 7 expulsions, ils font partie des mauvais élèves de la Ligue 1. Un désavantage qui pourrait s'avérer trop important dans une course au titre aussi serrée que cette année.


>