Rongier, ça change tout pour l’OM

OM.net

André Villas-Boas va avoir du boulot pendant cette trêve internationale. Le départ de Luiz Gustavo et l’arrivée de Valentin Rongier vont considérablement modifier ses plans. Alors qu’il a opté pour un 4-3-3 depuis le début de saison, l’intégration dans son onze de l’ancien milieu de terrain nantais, au profil différent du Brésilien, risque de l’obliger à changer de système. "Luiz était l’unique joueur formé pour jouer en sentinelle, en 4-3-3. On doit maintenant penser à d’autres possibilités", a admis l’entraîneur olympien, mercredi en conférence de presse.

"Kevin (Strootman) a réussi deux grands matches à ce poste, donc ça nous donne un peu de stabilité pour continuer dans ce système, si on le souhaite. Mais on va peut-être devoir essayer le 4-2-3-1 dans les prochaines semaines, a expliqué le technicien portugais. Valentin va apporter de la maturité, son intelligence, et bien sûr ses qualités de joueur. Je pense comme lui qu’il est plus un 8 qu’un 10, et c’est ce que je veux. Donc on va essayer de trouver un système qui fonctionne pour tout le monde, où chacun pourra exploiter le maximum de ses qualités."

 

 

Officiellement recruté mardi en qualité de joker, après de très longues négociations entre l’OM et le FCN, qui se sont prolongées au-delà du mercato estival, Valentin Rongier n’est pas contre évoluer devant la défense, mais pas dans un 4-3-3. "Je peux m’adapter, a-t-il assuré lors de sa présentation. Le système pour l’instant, c’est un 4-3-3 et je peux évoluer en relayeur. Je me sens bien aussi en 6, mais plutôt dans un 4-4-2 à plat. Et si un jour le coach me demande de jouer 10, je le ferai aussi… J’aime bien toucher la balle, donner le tempo à l’équipe."

"Très stressant et éprouvant"

Avec Morgan Sanson et Maxime Lopez, André Villas-Boas possédait déjà deux joueurs avec de telles qualités. Mais en avoir un troisième ne lui pose apparemment pas de problème. "Ce sont des joueurs qui sont similaires et ça m’intéresse", a-t-il affirmé. D’autant que l’ex-Canari pense pouvoir apporter "encore plus de changements de rythme, mais aussi de l’impact" dans cette équipe phocéenne, qui a lancé sa saison en s’imposant à Nice (1-2) et en confirmant contre Saint-Etienne (1-0): "On ne dirait pas comme ça, mais j’aime bien aller dans les duels."

S’il a trouvé "très stressant et éprouvant" le feuilleton de son transfert, Valentin Rongier se sent en tout cas prêt à relever le nouveau défi qui l’attend désormais à Marseille. "On n’était sûr de rien. A un moment donné, il était même question de rentrer à Nantes. Mais le dénouement est positif, donc je ne vais retenir que ça et je vais me concentrer son mon objectif: être bon sur le terrain, a-t-il déclaré. L’OM est un club avec une grande histoire. Je sais ce que tout ça implique, mais je pense avoir le caractère pour franchir ce palier."

"J’ai conscience de mes qualités, je suis bien éduqué mais je ne me laisse pas faire, a ajouté celui qui portera le n°21 chez les Ciel et Blanc - un numéro retiré par le prédécesseur de Jacques-Henri Eyraud à la tête du club phocéen, Vincent Labrune. J’ai des ressources en moi. Là, on me donne l’opportunité de franchir un cap dans ma carrière, et dans ma vie également, c’est à moi de jouer maintenant. Je vais faire mon maximum pour réussir ici. Je ne me mets pas de pression. Je sais que si l’équipe tourne bien, mes statistiques vont s’améliorer."