PSG - Tuchel ne dramatise pas

Reuters

Rarement, depuis son arrivée au PSG à l’été 2018, Thomas Tuchel était apparu aussi abattu. Après le premier revers parisien de la saison, contre Rennes en clôture de la 2e journée de Ligue 1 (2-1), il a semblé complètement défait dimanche soir, dans les travées du Roazhon Park.

Encore plus qu’en fin de saison passée, alors que ses hommes finissaient en roue libre. Devant la presse, le technicien allemand, forcément questionné sur le cas Neymar, a en tout cas assuré que le Brésilien n’était "pas le problème". Mais qu'il y avait plutôt eu "un manque d’accélération, de timing, de tonicité. Et on a fait des erreurs."

Avant d’expliquer que les absences, dont celles du Brésilien, pénalisaient grandement son équipe: "On peut jouer mieux qu'aujourd'hui, mais il manquait Kehrer, Herrera, Neymar et Kimpembe. Il manque de la qualité pour avoir de la concurrence. Et certains joueurs n’ont participé qu’à deux semaines d’entraînement."

Il a aussi regretté de devoir prendre "des risques avec Marquinhos et Thiago Silva", de retour tardivement de la Copa America et qui sont passés au travers en Bretagne. Notamment au niveau du positionnement, le premier nommé évoluant finalement dans une défense à trois, avec Diallo, plutôt qu’au milieu comme contre Nîmes.

Quant à savoir si l’ancien entraîneur de Dortmund, désormais cornaqué par un Leonardo qu’on a aperçu le regard noir au moment de saluer les joueurs dans le vestiaire, se sent déjà sous pression, il assure être "un homme très heureux. Parce que c’est un cadeau d’entraîner. Je n’ai pas de pression." Vraiment ?

Thomas Tuchel : "On a manqué de qualité"