OM : Villas-Boas ne veut pas se passer d'Amavi

Panoramic

Il y a un peu plus d'un an, Jordan Amavi reconnaissait sans mal que ses prestations sous les couleurs de l'Olympique de Marseille étaient pour le moins décevantes. Mais le défenseur formé à l'OGC Nice avait alors bon espoir de redresser la barre. Or, tout au long de l'exercice 2018-2019, celui que les Phocéens sont allés chercher du côté d'Aston Villa est resté en souffrance, perdu dans un collectif loin d'être rassurant par ailleurs. "On ne peut pas être bon tout le temps. Il faut juste être mauvais le moins possible… C'est le métier", expliquait-il alors dans les colonnes de La Provence. Le numéro 12 de l'OM n'est donc plus à son avantage depuis de longs mois, néanmoins, trouver un latéral gauche capable de le concurrencer ne figurait pas parmi les priorités de recrutement estival sur le Vieux-Port.

André Villas-Boas s'en mord-il les doigts aujourd'hui ? Non, en tout cas en apparence. Souvent coupable sur les nombreux buts encaissés par Steve Mandanda depuis la reprise des hostilités en août dernier, Jordan Amavi continue de recevoir le soutien de son coach, même si celui-ci l'a sorti dimanche dernier face à Rennes (1-1). Pour le protéger des sifflets du Vélodrome, de l'aveu même de l'ancien manager de Chelsea ou Tottenham. Car le stade Vélodrome a pris l'intéressé en grippe. Comment pourrait-il en être autrement quand un joueur se voir offrir de multiples chances de se relancer, sans jamais être remis en question, et qu'il enchaîne les sorties de piètre qualité, coûtant même de trop nombreux points à l'équipe ? Pourtant, André Villas-Boas a bien du voir, lui aussi, à quel point les deux périodes livrées par les siens contre les Rouge et Noir dimanche dernier, avec et sans Amavi, n'avaient rien de comparables.

L'OM serait-il meilleur avec Hiroki Sakai aligné dans le couloir gauche, Bouna Sarr côté opposé, et Nemanja Radonjic titularisé parmi les trois de devant en attendant le retour de suspension de Dimitri Payet ? Peut-être... Encore faudrait-il que cette option soit testée durablement. Ce qui ne sera très probablement pas le cas ce vendredi à Amiens. Car André Villas-Boas ne veut pas entendre parler d'une autre option que Jordan Amavi à gauche. "C’est lui notre latéral gauche et dans l’ensemble il a réalisé des bons matchs, malgré quelques erreurs. Je ne veux pas mettre d’arrière droit à gauche, je vais continuer à donner de la confiance à Jordan", expliquait-il y a peu lors d'un point presse.

Un avis tranché, qui peut paraître un peu difficile à comprendre néanmoins, d'autant que le latéral concerné utilise très souvent son pied droit, en conséquence de mauvaises habitudes prises durant son enfance, sous la pression du paternel. L'ex-Aiglon a beau enchaîner les mauvaises performances, il reste incontournable à l'OM. Mais si André Villas-Boas persiste et signe, malgré de nouvelles erreurs de son poulain, à le titulariser, ne sera-t-il pas alors le premier responsable des résultats décevants et des points perdus ?

Villas-Boas : "Amavi a tout mon soutien"