OM, un salaire "modéré" pour Benedetto

Twitter OM

Prêté à Galatasaray, Kostas Mitroglou, recruté dans l’urgence à l’été 2017, émarge à 330 000 euros mensuels, brut. Valère Germain, Olympien depuis deux ans lui aussi, perçoit chaque mois 300 000 euros. Mario Balotelli, recrue phare du dernier Mercato hivernal phocéen aujourd’hui envolée, a gagné six mois durant 650 000 euros, soit 4 millions d’euros pour une demi-saison. C’est bien connu, l’OM paie généralement au prix fort ses attaquants. Une générosité contrainte qui n’est plus forcément d’actualité – fair-play financier oblige.

Comptant parmi les priorités d’André Villas-Boas pour renforcer son équipe à l’offensive, Dario Benedetto a fait l’objet de négociations âpres de la part des dirigeants marseillais auprès de leurs homologues de Boca Juniors.  Alors que la clause libératoire du buteur argentin était fixée à 21 millions d’euros, Jacques-Henri Eyraud et ses équipes ont conclu un accord à 14 millions, plus deux millions d’euros de bonus qui selon L’Equipe du jour "sont très facilement atteignables". Difficile de trouver un attaquant d’expérience moins cher sur le marché européen…

Le 7e salaire de l’effectif

Venu à la découverte du Vieux continent, à 29 ans, Dario Benedetto certes a tout d’un pari pour l’OM, mais c’est assurément aussi une aubaine sur le plan financier. Loin des standards des grands championnats européens, ses émoluments argentins permettaient aux Ciel et Blanc de se montrer attractifs à moindre coût. Un deal gagnant-gagnant en somme. A Marseille, le joueur aux cinq élections internationales a doublé son salaire, passant de 130 000 euros mensuels à 260 000. Un montant qui peut grimper à 280 000 euros au fil des primes, précise le quotidien sportif suscité.

Maintenant qu’Adil Rami ne fait plus partie de l’effectif, cela fait de lui le septième Olympien le mieux rémunéré, derrière les Kevin Strootman, Dimitri Payet, Luiz Gustavo, Florian Thauvin, Steve Mandanda et, donc, Valère Germain. Cela, hors impatriation s’entend, les joueurs étrangers pouvant déduire fiscalement 30% de leurs revenus soumis à imposition. De quoi se retrouver mieux loti finalement que son compagnon d’attaque. 

Mandanda : "Benedetto, un attaquant comme on aime"